Samedi 4 juillet 2009
Ce 8 mars, la fête fût jolie, un bel exemple de solidarité entre les deux clubs vénissians que rien ne rapprochait. . Une initiative commune  qui a eu des suites. il est fréquent maintenant de voir des basketteurs se deplacer pour vor les handballeurs et inversement. Une belle initiative qui sera reconduite cete saison

 La jolie fête

Les quatre cents spectateurs réunis ce samedi soir au gymnase Jacques Anquetil n’ont pas perdu leur temps car ils ont eu droit et cela sans débourser le moindre euro à quatre heures de sport de haut-niveau.
Une soirée festive organisée conjointement par l’AL Vénissieux-Parilly et Vénissieux Handball. Axée autour deux rencontres de Nationale 2, Vénissieux – Istres et Vénissieux-Folschviller (voir nos compte-rendu, lundi et mardi), la soirée a été riche en émotions. il est vrai que  les deux clubs locaux se sont donnés les moyens pour réussir et créer une ambiance que l’on n’avait pas vu depuis des lustres pour un sport collectif à Vénissieux.
  Coup de chapeau à tous ces bénévoles qui ont consacré leur temps de loisir pour présenter une soirée familiale, sympathique  et bon enfant. Un peu à l'image des jeunes basketteuses poussines de Parilly qui ont animé la soirée en jouant les pom pom girls mais également nous n'oublierons pas dans le concert de louanges les  jeunes de l’école de handball  omniprésents. Les encouragements ont été nombreux, timides au debut du match de basket, ils ont ensuite pris de la consistance au cours de la soirée . Une belle  initiative privée  à renouveler pour les deux présidents  Christine Thiebault et Gilles Clauss et peut-être à étendre, voire du côté du rugby et du football.  Une soirée  saluée comme il se doit et qui a qui a reçu
la visite du député maire André Gérin suivi par Christian Falconnet, Andrée Loscos ainsi que d’autres nombreux élus. Certains sont restés pour assister aux deux rencontres. On a même aperçu dans les tribunes de nombreux amateurs de sports  pour certains de retour à Vénissieux.

Réaction commune  de Christine Thiebault (ALVP) et Gilles Clauss (VHB) :
" Nous aurions aimé presenter deux victoires. Mais on ne decide pas de tout heureusement. C'est une opération que nous allons renouveller ici à " Jacques Anquetil" car "Tola-Vologe" n'est pas homologué basket.
Nous sommes fiers d'avoir réussi à fédérer  les supporters des deux clubs sur de mêmes valeurs communes. Nous sommes fiers aussi de voir que notre initiative a été bien appréciée par la municipalité
;"



L'album photo de la soirée

 



Par Sports Vénissians - Publié dans : sport et solidarité - Communauté : Sport citoyen
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Recommander
Mardi 2 juin 2009

Dans le cadre de l’animation, du tragique tournoi de handball «  Quatre moteurs pour l’Europe », l’association Sport Sans Frontières  avait installé ce samedi tout près du gymnase Jacques Anquetil, son bus de démonstration.

Les joueurs , avant le drame, relaté dans nos colonnes,  ont pu  suivre par petit groupe à l’intérieur de l’autocar une intervention de Pierre Bernard, éducateur « sport sans frontières ».  

Ils ont pu profiter des outils informatiques mis à leurs dispositions sous forme de quizz ou vidéos. Cette animation a pour objectif de sensibiliser les jeunes français et allemands sur les actions que mène cette association à travers le monde.

Il s’agit aussi de faire un retour sur sa propre activité dans le but d’acquérir des comportements « solidaires.»

Sports sans frontières est une Association de Solidarité Internationale qui œuvre en faveur de l'enfance en situation difficile dans le monde ; elle permet chaque année à des milliers d'enfants d'avoir accès à des programmes d'éducation et de développement par le sport.

 

Pour cette organisation non gouvernementale qui fête ses dix années d’existence dont la devise est « la solidarité, c’est avant tout un sport collectif», le sport est un droit fondamental. Pour elle, chaque victoire est un enfant en difficulté qui retrouve le sourire et la confiance. « En 2007, nous avons eu 17 000 victoires. » précise Pierre Bernard qui ajoute : « Concrètement nos actions sur le terrain, c’est de rendre le sport accessible à tous. Nous réhabilitons et construisons des plates-formes et des salles de sports. Nous utilisons le sport comme un outil éducatif et thérapeutique. Nous assurons d’ailleurs la formation d’enseignants, d’animateurs et des éducateurs socio-sportifs dans les pays en développement. Nous les encadrons. Nous organisons des « tournois citoyens » qui ont pour but de sensibiliser les jeunes à des problèmes de santé : nutrition ; VIH.
Sports sans frontières est engagé dans sept missions : Afghanistan, Bolivie, Burundi, Inde, Kosovo, Sri-Lanka et la France.  « Nous mettons en place des programmes d’éducation par le sport qui répondent à des problématiques rencontrées dans les pays
.
»  précise Pierre Bernard

Si en Afghanistan, c’est un soutien au sport féminin, l’émancipation des femmes et promotion du sport comme outil de socialisation, au Burundi, c’est le sport comme outil d’intégration sociale, l’éducation à la santé et à la citoyenneté, avec la réconciliation des ethnies tutsies et hutues.  En Bolivie, l’ONG est sur le thème sport enfant des rues et sport outil de l’apprentissage du respect du corps.

« Etre solidaire c’est un savoir être et non un savoir-faire. Nous ne sommes pas là non plus pour dire que le sport est idyllique et notamment en milieu scolaire, on explique qu’en France, le sport a été instauré comme un outil de propagande qui était là pour fabriquer des citoyens soldats pour reprendre l’Alsace et la Lorraine. La méthode Hebert c’était cela. Le sport c’est aussi l’utilisation par le deuxième Reich allemand  des J.O de Berlin, voire Pekin récemment.. Nous expliquons cela.

Depuis cette année, nous sommes dans les centres d’éducation renforcés où là nous avons des programmes similaires à ceux de l’international.»  souligne l’animateur
De nombreux « capitaines de routes soutiennent l’association. A noter parmi les plus connus Stéphane Diagana, Ladji Doucouré, Patrick Poivre-d’Arvor, Guéric Kervadec, Muriel Hurtis…


80% de son financement vient de fonds privés : fondations d’entreprises, clubs de sports et 20% par la coopération décentralisée ( les régions avec leurs pôles éducatifs et économiques mettent en place des programmes à l’international et s’adressent à des ONG.)

Sports sans frontières est partenaire de la Ligue du Lyonnais de handball depuis trois ans.

Cette année Nikola Karabatic devient l’un des parrains de Sports sans frontières. A noter que le  bus sera présent le 14 juin aux alentours de Gerland pour les deux rencontres qualificatives des équipes de France de handball.

Toutes les photos :

© Sports sans frontières

Par Sports Vénissians - Publié dans : sport et solidarité - Communauté : Sport citoyen
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Recommander

Publicité

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2009
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
<< < > >>
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus