Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Le sport à Vénissieux, l’opinion des « politiques » (1)

  « Les valeurs du sport sont elles en danger » c’était notre dossier en trois parties durant cet été.  Nous avions exposé  les différentes solutions apportés  par la politique sportive de différentes villes dont celle de Vénissieux.  

 

C'est en s'appuyant sur ce dossier qu'à partir de ce mercredi et sur une fréquence  qui sera définit par les réponses de nos interlocuteurs, nous allons  vous présenter ce que pense sur la politique sportive de Vénissieux les différentes tendances politiques qui ont reçues l’aval des 13 431 Vénissians qui s’étaient exprimés lors de la dernière élection municipales de mars 2008.

 

A Sports Vénissians, la liberté d’expression n’est pas un luxe. C’est un droit pour tous!

 

Car comme le disait Voltaire "Soutenons la liberté de la presse, c’est la base de toutes les autres libertés, c’est par là qu’on s’éclaire mutuellement. Chaque citoyen peut parler par écrit à la nation, et chaque lecteur examine à loisir, et sans passion, ce que ce compatriote lui dit par la voie de la presse…"

 

Nous ajouterons : A chacun de nos lecteurs de se faire une opinion!

 

Le sport  c’est d’après Andrée Loscos Adjoint aux Sports et à la jeunesse 10% du budget de Vénissieux.

Pour bref  rappel c’est l’orientation n°19 du projet de ville 2015 de l'actuelle majorité de gauche( gauche plurielle,communo-socialiste) qui définit le sport comme un levier éducatif et qui entend développer une politique sportive associant haut-niveau et sport pour tous.

     

Que prévoit ce projet de ville :   « Il  convient de conserver le patrimoine sportif en bon état et de poursuivre la réflexion sur l’extension du parc d’équipements de la Ville. Un projet sportif local comprenant deux volets a été signé :
– Volet équipement : une enveloppe budgétaire de 600 000 à 700 000 € par an est réservée à la réalisation des travaux déterminés en concertation avec l’OMS.
– Un volet politique sportive et éducative plus important dédié au sport doit soutenir le développement de la pratique sportive, comme levier éducatif. »

 

photo Ch GIRARDAujourd’hui c’est Christophe Girard  Conseiller Municipal de Vénissieux (majorité présidentielle)

Président du Groupe d'Ouverture VENISSIEUX, TERRE D'AUDACE, TERRE D'AVENIR qui répond à nos questions. 
Nous allons ou avons contacter Yvan Benedetti (FN), Saliha Mertani (Modem) Maurice Iacovella et nous finirons par l’opinion de la majorité en place en la personne de Michèle Picard premier magistrat de la ville.

 

Monsieur Christophe Girard, que pensez-vous de  la politique sportive de la ville de Vénissieux ?

 

Je répondrai à la question en deux points.

Premièrement, il me semble qu'en termes de moyens, la ville de Vénissieux fait de réels investissements pour le sport. J'en profite pour rappeler au passage, comme je ne cesse de le faire au conseil municipal, qu'en aucun cas il s'agit d'une quelconque générosité de la part de la ville ou de ses élus. N'oublions pas qu'aucun élu, qu'il soit de droite ou de gauche d'ailleurs, ne sort l'argent de sa poche. Donc ce que l'on mesure ce n'est pas la générosité mais la qualité des arbitrages et des choix de la mairie. 

Deuxièmement, et là je serais plus critique, je pense que, comme pour beaucoup de choses dans cette ville, la municipalité manque de cœur et de dynamique dans son accompagnement des équipes et des projets. Rien n'est jamais fait à fond et avec cœur, d'où un manque d'implication dans le suivi et la valorisation des sportifs et des clubs. A titre d'illustration, je suis toujours choqué par le manque de solennité (voire la négligence)  des remises de médailles aux enfants lors d'un événement organisé par la ville. Un gâchis de valorisation qui me révolte à chaque fois parce que c'est une occasion manquée de faire grandir, de mettre en confiance. Des petits riens qui, on le sait tous, peuvent avoir des retentissements sur toute une vie... Dans la même veine, des parents me font aussi souvent remonter qu'à Vénissieux  le sport pour les filles est insuffisamment soutenu au regard de l'importance que cela peut avoir pour leur intégration dans la société. Autre illustration de ce manque d'implication, les décisions d'attributions des subventions et des dotations semblent être prises assez loin des réalités du terrain (à moins qu'il y ait des critères occultes comme certains ont pu le suggérer ça et là dans la presse ?). Enfin, de nombreuses critiques font remonter le fait que les initiatives sont peu encouragées et suivies. Ici je ne mets pas obligatoirement en cause les moyens financiers, mais bien plus la prise en compte du facteur humain. Il est pour moi le moteur de toute réalisation, de toute dynamique humaine. Des dimensions trop méconnues et donc trop souvent négligées par la municipalité actuelle.

 

Quelles actions mettriez-vous en œuvre en faveur de l’animation sportive si vous gagniez les élections en 2014 ?

 

Comme je viens de le dire c'est avant tout une question d'approche. Je crois personnellement que comme dans toute aventure humaine, c'est le cœur et les trippes qui créent la dynamique. Donc je mettrais un point d'honneur à ce que soit valorisé les engagements et les efforts de chacun (notamment des bénévoles). Le sport est bien sûr un vecteur de santé, mais je lui accorde une grande importance car il est également un lieu de générosité, un état d'esprit et l'occasion de dépassements de soi. Autant de dimensions sources de fierté constructive qui concoure directement au développement de chacun. Au regard de ces enjeux, je crois qu'il serait nécessaire de mettre en place une évaluation des différents clubs et initiatives sportives. Non pas pour les "fliquer", mais pour assurer un suivi attentif et constructif du bien fondé, de l'efficience ou de l'efficacité des soutiens de la municipalité. Bien plus que de simples résultats quantitatifs, il s'agirait d'une observation qualitative sur le développement et l'épanouissement de chacun. Un mode de fonctionnement exigeant pour tous : les sportifs, les encadrants et la municipalité. Un mode de fonctionnement allant dans le sens de l'excellence et à la hauteur des enjeux que j'ai précédemment cité.

 

img007.jpgQuelles seraient  vos priorités au niveau des équipements ?

 

Je n'ai pas de réponse immédiate à cette question.

Une enquête sommaire que nous avions faite fin 2007 faisait ressortir un taux de sous-occupation de certaines installations existantes, alors que des demandes de club n'étaient pas satisfaites. Tout cela nécessiterait une enquête approfondie. Quoi qu'il en soit cette réflexion sur les équipements ne peut être décrétée a priori, sans une prise en compte des réalités du quotidien du sport à Vénissieux. Il s'agit d'un vrai travail de terrain s'inscrivant notamment dans le cadre de l'évaluation et du suivi que j'ai déjà évoqué. Pour être clair, je rappellerais que nous avons toujours refusé de nous inscrire dans une approche électoraliste de type "catalogue de promesses démagogiques". Notre engagement est sur un programme de travail. Nous n'avons pas changé de cap.

 

Opteriez-vous pour une politique tournée vers le sport de masse ou le sport d’élite ?

 

Je ne sais pas trop ce qu'est le "sport de masse", cela évoque pour moi ces séances martiales d'hygiène corporel des camarades chinois ! Plus sérieusement, si l'on comprend par "sport de masse", le sport ouvert à tous, ou encore, le sport où les résultats importent moins que la joie de le pratiquer, je crois qu'il ne faut pas l'opposer au sport d'élite. Je crois qu'il faut un juste milieu, sachant que l'un à besoin de l'autre : le sport d'élite crée de l'engouement pour une discipline, voire des vocations; le sport "de masse" permet l'épanouissement de tous et à l'occasion fait émerger des sportifs d'exception. Les moyens d'une mairie n'étant pas illimités, tout doit être fait pour proposer le sport à tous et dans la mesure du possible donner les moyens aux forts potentiels. En tout cas, à mon sens, on ne doit pas faire obstacle à la monté en puissance d'un club. Mais encore une fois, tout ne se réduit pas aux seuls subventions de la ville. Un soutien actif de la municipalité dans la recherche de sponsors peut aussi être une forme d'aide complémentaire dans le combat pour développer une équipe de compétition. Ce peut encore être la mise à disposition de moyens de transport pour les compétitions, etc… Enfin, le vecteur humain ne doit pas être négligé. Nombreux sont les bénévoles exemplaires, ils doivent se sentir soutenu, reconnu. Tout doit être mis en œuvre pour faciliter leur action et les encourager (on en est parfois très loin à Vénissieux).

 

Comment envisageriez-vous la fixation des subventions ?

 

Comme un casse tête !!! Une équation impossible et toujours insatisfaisante ! Blague à part, j'ai déjà partiellement répondu à cette question quand j'ai évoqué la nécessité d'assurer un suivi attentif et constructif du bien fondé, de l'efficience ou de l'efficacité des soutiens de la municipalité. Je crois que ces arbitrages doivent être faits au plus près du terrain avec une très forte implication. Je sais combien cette démarche est engageante et ardue, et même ingrate car avec toute l'objectivité du monde, il y aura toujours des mécontents. Mais, pour moi, il est essentiel de rester dans un jugement qualitatif qui sera certes imparfait, mais toujours plus juste qu'un critère dit objectif parce que chiffré. Comme pour tout le reste, ce qui fera autorité, c'est la conscience que chacun pourra avoir de la réalité de l'implication de la mairie dans cette démarche et le cœur et les trippes qui seront mis au service de la communauté.

 

Quel soutien êtes-vous disposés à accorder aux associations sportives  dans leur action au quotidien ?

 

Aujourd'hui en tant qu'élu de l'opposition, je ne dispose que de moyens très limités. Evidement je n'ai pas de moyens financier, ni de possibilité d'en débloquer. Je n'ai pas non plus beaucoup de temps. Alors je fais ce que je peux dans la mesure de mes moyens aujourd'hui limités : sur mes temps libres, je vais soutenir par ma présence quelques manifestations sportives; je contacte personnellement les sportifs méritant ou leurs managers pour les remercier et valoriser leurs exploits (blog, appels téléphoniques, félicitations écrites) car j'accorde beaucoup d'importance à l'impact positif de leurs exploits sur la dynamique des vénissians et l'image de notre ville. Autre exemple d'implication de ma part, je suis aller il y a quelques jours à "Sport Expo" dans la galerie marchande de Carrefour, cela m'a permis avec le peu de temps dont je dispose de rencontrer un grand nombre de clubs sportifs vénissians et d'échanger avec eux. Par ailleurs, si cela était nécessaire, je pourrais intervenir au conseil municipal, mais je m'en suis jusque là abstenu car, étant donné le sectarisme de la majorité actuelle, la démarche apparaît périlleuse. Si je soutien ouvertement un club, il y a fort à parier qu'il se retrouve très vite dans le collimateur de la mairie ! Je me réserve cependant de le faire en cas de force majeure. Pour finir, j'ai aussi entrepris des démarches auprès d'industriels vénissians que je connaissais dans le cadre d'une recherche de sponsor pour un club sportif. Je suis conscient que c'est peu et je suis impatient de pouvoir mettre en œuvre tout ce que je viens de vous partager. C'est pourquoi avec toute mon équipe (toute les bonnes volontés sont les biens venues), je voudrais pouvoir me consacrer à plein temps au service des vénissians. C'est le sens de notre combat d'aujourd'hui pour remporter les prochaines élections municipales dans un peu plus de trois ans. Ce sera alors aux Vénissians de décider de ce changement par leur vote en 2014.

 

Photos : Droits réservés

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article