Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Mon cœur s’est arrêté de battre

La vie d'un sportif, n'est pas toujours un long fleuve tranquille, un peu à l'exemple de Gilles Florenson
Cet-ex-employé par la ville de Vénissieux comme éducateur sportif, est depuis 2013 à la retraite.


À 63 ans, cet ancien correspondant du journal Le Progrès était au départ ce jeudi 6 août au stade Balmont de la 4e série du 100 mètres M60 des championnats du monde d’athlétisme masters.
Une compétition à laquelle il rêvait de participer dès qu'il a su  que Lyon avait été choisi pour l’organisation de ces championnats.

Une série qu'il a faillit ne pas assister car ce licencié de l’AFA Feyzin-Vénissieux a failli mourir un dimanche du mois de juillet 2014.

Suite à un problème de prostate qu’il n’a pas voulu soigner car il avait peur d’avoir un cancer, il a contracté une insuffisance rénale. La suite il la raconte non sans une certaine émotion :
« Cela s’est dégradé avec une grosse fatigue, vomissements le matin, hémorragies nasales puis un dimanche de juillet 2014, j’ai eu une attaque cardiaque chez moi. Les pompiers sont venus très rapidement. Mon cœur ne battait plus. Mon épouse m’a dit que cela avait duré 6 minutes. Les urgentistes ont tenté une dernière fois de me ranimer. Le cœur est reparti sans doute parce que je suis un sportif (1). Je suis resté 4 jours dans le coma aux urgences de la Croix-Rousse. Le pronostic annoncé à mon épouse n’était pas très optimiste »
Pourtant les examens qui suivront démentiront ce pronostic. La première étape de sa reconstruction aura pour cadre hospitalité Édouard Herriot où il fera trois semaines de soins intensifs.
 « Lorsque je suis rentré chez moi, j’avais perdu 15 kg. Je n’avais que la peau et les os.
 Je ne pouvais rien faire. Faire trois pas était une torture. J’ai cru que j’allais mourir.
 Puis les jours passant, j’ai repris espoir. J’allais marcher à Parilly. Puis les marches sont devenues vigoureuses. Au bout de 3 mois, j’ai tenté de courir. J’ai fait 10 mètres. Puis au stade de Feyzin, j’ai un tour, j’ai refait de la musculation et me voilà inscrit pour ces championnats du monde auxquels je n’y croyais plus
»
 Ce jeudi matin au départ du 100 mètres, Gilles était comme un cheval fougueux. « J’avais jaugé mes adversaires. J’étais sûr que je pouvais en griller 3 ou 4. J’arrachais la piste. »
Le coup de sifflet du juge arbitre après le départ lui sera destiné. Gilles est disqualifié pour départ anticipé. « L’émotion de me retrouver au départ a été trop forte. Il y a un an j’étais mort et là je piaffais. J’ai bougé au moment du départ. Cela s’est vu. Le juge arbitre a fait ce qu’il fallait qu’il fasse. Cela n'est pas grave, j'ai désormais la vie devant moi ».

Pour info, Gilles Florenson a été médaillé plus de 10 fois lors des championnats de France vétérans. Il détient toujours les records de sa catégorie à l’AFA Feyzin-Vénissieux notamment au saut en longueur (5 m), triple saut (10m34) du 100 mètres (12.84) et javelot (37m).

Gilles Florenson

Gilles Florenson

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article