Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Protestations et interrogations autour de l'incendie du CNI

DSC01724.JPGCe jeudi quelques centaines de  personnes ont assisté au rassemblement de protestation  organisé par la municipalité suite à l’incendie du Centre Nautique intercommunal survenu le dimanche dernier. Un incendie dont l’origine criminelle est de plus en plus évidente comme l’a révélé la première magistrate de la ville lors de son discours :  « Le CNI était un rapport lié à l'histoire, à une vie sociale riche en activités sportives et ludiques. Ce sont aussi 40 ans d'investissements de Venissieux, Saint-Fons et Lyon partis en fumée et 35 salariés dont le travail s'arrête brutalement. Ce sont 27 associationqs, une dizaine d'organismes, un club, 92 classes primaires et environ 450 000 usagers privés de leur piscine...  Il n'y a rien de banal à incendier des poubelles... Derrière cette violence, il y a des actes quotidiens, pas si innocents qui s’attaquent au vivre ensemble et à l’intérêt général... Si la piste criminelle se confirme, je les condamne fermement. C’est une atteinte grave et inadmissible aux biens publics.... Combien de nuits d’horreur, combien de destructions auront nous avant que l’on se donne les moyens d’éradiquer cette violence. » affirme Michèle Picard.

De son côté Patrick Prade le président de l’OMS  Vénissian apporta  un reconfort et un soutien moral de la part des deux OMS ceux de  Saint-Fons et Vénissieux à ceux qui ont souffert, n’oubliant pas de souligner que les clubs résidents pourront-compter sur l’appui de l’organisme qu’il dirige. Patrick Prade évoquant au passage le futur CNI du XXI siècle.  Nathalie Flèche la présidente du CMOV Natation  évoquera la bêtise et l’inconscience de sinistres crétins qui ont détruit le bien collectif.  Elle soulignera en outre que la vie continue et qu’elle espère pouvoir offrir aux générations et pourquoi pas à sa petite fille, un futur à la pratique de natation sportive vénissiane qu’elle dirige. Une des usagers de cette piscine évoquera à son tour, la destruction d’une partie de la  mémoire collective des habitants des communes limitrophes.    Au-delà de l’indignation générale manifestée de la part desx intervenants , parmi les présents se trouvaient de nombreux usagers qui fréquentaient un centre nautique dont quiconque n’est capable de donner à l'heure actuelle une date de réouverture. Le CNI est sinistré, son mat principal support de la bâche en partie détruite, penche sérieusement, les dégâts sont très importants. Ce prestigieux outil réalisé par Roger Taillibert l'architecte du Parc des Princes et conçu à une époque où l'énergie était bon marché loin des canons chers au dévéloppement durable semble touché à mort.  « Ce n’est pas une réparation qu’il faudra envisager, mais carrément une démolition et une reconstruction qu'il faudrait envisager mais avec les difficultés actuelles, les les trois villes  le pourraient-elles?  » souligne Jean, un des participant à cette manifestation.  DSC01719.JPGPour Josette adepte depuis 17 ans l’aqua-gym que dispense le CNI , au delà de son indignation, revient dans sa bouche comme une litanie  le devenir de cette activité sur Vénissieux: « Pour cette saison, c’est terminé, mais pour la prochaine qu’en sera-t-il. Devrons-nous migrer vers une autre piscine alors qu' on sait que celles-ci sont déjà surchargées. Ceux-qui ont fait cela ne savent pas le mal qu’ils nous ont fait  » Nombreux parmi les manifestants du soir, des  adhérents du  CMOV Natation. Un club d’environ 1600 personnes et qui a tout perdu, ordinateurs, fichiers, matériels, mobiliers et souvenirs. Sa présidente  Nathalie Flèche a convoqué pour ce vendredi une réunion du conseil d’administration. Car celui-ci doit repondre à de nombreuses interrogations que leurs adhérents se posent. Le club emploie quatre salariés,  plus de nombreux contrats vacataires. Quid de ces contrats ?  Si au niveau de la natation course, la solidarité interclubs a joué et que se dessine un mode de fonctionnement de secours, quid des 1300 autres adhérents. Ceux qui  ne font pas de la compétition et dont certains ont déjà réclamé que l’on leur rembourse une partie de la cotisation versée. Si certains membres du conseil d’administration comme Henri demeurent optimistes : «Nous avons déjà surmonté des crises,le club a su toujours rebondir», d’autres comme Robert , Pascal  ou Denis sont plus critiques. «  Nous pensons  que si la réouverture du CNI se fait en septembre, le club surmontera certes difficilement cette épisode tragique, mais si cela devait durer plus, c’est l’existence du club tel qu’il est actuellement qui serait en danger. La piscine Auguste Delaune, ne peut qu’accueillir qu’une infime part en plus de ceux qui sont déjà inscrits. Nous risquons de perdre et c’est logique  une grande partie de nos adhérents. Si c'est le cas, l Le club ne s’en remettra pas» estiment-ils en chœur. Des interrogations que Madame le Maire ne sous-estime pas dans son  discours mais elle se veut apaisante en indiquant que la municipalité sera toujours aux côtés du club et des salariés. Tout en soulignant «  Que les mois qui viennent vont être difficile pour tous. Chacun doit comprendre que de ce drame, nous nous en releverons pas en un jour. Face à un tel drame les valeurs citoyennes doivent primer sur l'individualisme. »


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article