Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Vénissieux FC annonce une saison 2019/2020 passionnante

Ce dimanche, lors du premier match officiel de la saison de l’équipe fanion du Vénissieux FC, Sports vénissians a rencontré son président Jean-Pierre Chaix. Celui-ci dresse un bilan de la saison après la fusion et se projette sur celle de 2019/2020  aussi bien sportivement, structurellement que financièrement.

Jean-Pierre Chaix, quel est le bilan que vous dressez une saison après la fusion entre l’AS Minguettes et l’US Vénissieux ?
Nous sommes plutôt en avance sur ce que nous avions programmé. Nous avions tablé sur une période de 3 ans. Il y a des sujets importants pour le club comme peut l’être, le sport étude, où nous avons gagné pratiquement 4 ans. Dès cette rentrée, nous proposons des classes de collèges mixtes. C’est un dossier qui a eu l’approbation du rectorat, des différents principaux de collèges. Cette saison, nous allons nous mettre d’accord avec les lycées pour assurer une continuité des études.

Sportivement, c’était une bonne saison. Nous avions pris l’engagement de conserver l’ensemble des effectifs de nos deux clubs respectifs, ce qui a été fait. Cette saison, nous avons resserré l’effectif par rapport à nos besoins sportifs qui sont l’émanation de niveaux. Nous avons dû resserrer certains groupes afin de ne pas créer de trop gros écarts entre les différentes équipes par catégories d’âges.

Pour faire face à cette mesure, nous avions prévu deux ou trois échappatoires. Le futsal est proposé aux enfants qui souhaitent le pratiquer. Il est également proposé  dans les classes de sport études.

On offre à nos enfants de faire aussi du foot loisirs. Cette section est en phase de développement. Outre le fait que nous accueillons ces enfants pendant les vacances scolaires avec de nombreux stages footballistiques où ceux-ci pratiquent une activité loisirs avec du sport et d’autres pratiques sportives ou ludiques. On ouvre 50 semaines sur 52 dans l’année. Tous ces sujets ont été mis en route lors de la saison 2018-2019. Le foot loisirs va voir sa mise en œuvre très prochainement.

Sportivement, on a resserré au niveau des U20 et seniors. Nous avons identifié certains sujets sur lesquels, nous devions travailler dont l’équipe fanion et la formation. Christian Scheiwe avec qui nous étions en contact depuis la saison dernière a pris comme directeur technique la charge des U13/U14 (en collaboration avec Saïd Nouri directeur de l’école de sport) jusqu’aux U20. Andréa Damiani prend le relais chez les seniors. Nordine Kari est notre manager général. Il a une fonction différente. Il n’est pas intrusif sur les terrains, ce n’est pas son rôle. Saïd, Christian et Andréa sont présents pour apporter leur touche technique.

En ce qui concerne le futsal, pouvez-vous parlez-vous du terrain « FFF » créé au collège Elsa Triolet ?
Nous avons eu quelques difficultés pour le mettre en œuvre en temps et heure. Nous avons eu quelques difficultés avec la mairie. Nous avons su rebondir sous la compétence de la Métropole. Le collège Elsa Triolet est le partenaire de notre première section sport étude. Ce qui nous permet d’utiliser un outil tout neuf. Son inauguration est d’ailleurs prévue dans quelques semaines.

Au niveau des adhésions où en êtes-vous ?
On a supprimé une soixantaine de places dans les catégories à 11. Quelques équipes des catégories U9/U10 n’ont pas été reconduites. Nous avons établi un schéma clair et pyramidal. Nous n’avons pas vocation à avoir 50 équipes seniors non plus. Après 6 et 7 ans, il faut que les joueurs aient acquis un certain nombre de compétences s’ils veulent accéder aux niveaux de pratique qui sont les nôtres. Il ne faut pas oublier que le VFC fait partie des 10 clubs dans la ligue AURA à avoir autant d’équipes à ce niveau régional et ce dans chaque catégorie.

Il faut signaler que nous avons une forte progression chez les filles. Elles étaient 85 en 2018-2019. À ce jour, ce chiffre avoisine les 125. Celui tendra en cours de saison  à se rapprocher des 150.

Je voudrais qu’à terme, la section féminine soit le pendant de la masculine dans toute sa structuration.
Le futsal devrait nous permettre de grandir en formant les plus jeunes. Nous avons réussi à ouvrir une centaine de places supplémentaires en école de sport. Cette spécificité est la vocation du club, qui reste formateur.

Avec tous ces réglages, nous devrions être le même nombre de licenciés que la saison dernière voire plus. En termes d’infrastructures, nous n’avons pas la capacité à aller au-delà, puisqu’il nous faut des terrains tels que Guimier ou Albalate pour pouvoir développer le club tel que nous l’avions envisagé et programmé. Nous avons des effectifs stables.
Pour ceux, qu’ils nous expliquaient que nous serions 600/700, je tiens à souligner que lors de ma permanence de 2 heures à Sport Expo, nous avons eu 70 demandes. En projection, on devrait être 1000 et 1100 licenciés. En l’état, on arrive en pleine charge.

Au niveau sportif, avez-vous fixé un objectif à l’équipe fanion ?
Nous sommes avant tout des sportifs. Cette année, nous nous sommes donné les moyens pour faire une bonne saison. Notre ambition est la montée en R1, mais sans pression particulière car on sait que le terrain prime. C’est un sport, cela reste toujours aléatoire. Je pense que nous avons un effectif riche et un staff d’une compétence et une implication qui sont rares. Ce staff colle à ce que nous attendons dans la vie d’un club de sport amateur. Je suis confiant et impatient que cela débute. Nous avons des ambitions pour l’équipe première, mais également pour les seniors 3 qui devraient atteindre la D1 sans trop d’encombres.

Et financièrement comment se passe-t-il ?
Si la mairie veut nous en donner plus, on signe. La subvention municipale est de 140 000 € mais nous avons heureusement des sponsors. Nous avons dû augmenter le prix des licences, ce qui sera le cas également dans les années à venir. Nous pratiquons cependant des prix bien inférieurs à ceux des clubs voisins. C’est presque 50 % de moins. C’est vrai que si nous montions le prix de celle-ci à 450 €, on saurait mieux faire, mais nous avons une population à faible pouvoir d’achat. De ce fait, on veille à que le football reste un sport à la portée de tous. Nous avons l’ambition de prendre des jeunes défavorisés et de leur offrir des capacités pour progresser, non plus en regardant ce qui se passe ailleurs mais en restant chez-nous. Nous sommes toujours dans cet équilibre. On a eu une première saison où l’on tend un peu financièrement, mais nous avons des équilibres planifiés sur 3 ans. Le club est sain, nous avons des sponsors et on ambitionne de trouver encore quelques partenaires majeurs et importants, qui nous suivent sur des masses complètement différentes à celles que d’habitude, nous traitons.

En résumé, Vénissieux FC c’est une école de sport qui vit bien, du foot à 11 restructuré avec des objectifs à moyen terme car Christian Scheiwe a un objectif identitaire au niveau du jeu.

Pour Jean-Pierre Chaix, la saison 2019-2020 s’annonce passionnante.

Jean-Pierre Chaix président de Vénissieux FC

Jean-Pierre Chaix président de Vénissieux FC

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article