Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Handball N1M : Cinq minutes de trop

Championnat de France N1M / 8e journée

 

Gymnase Jacques Anquetil

 

Vénissieux Handball / Martigues Handball  28 à 33 ( 15 à 9)

 

Arbitres : Delage et De Sousa (Ile de France)

 

Pour Vénissieux :

gardiens : Vialla 21 arrêts) et Saadallah

marqueurs : Sacko (4/9 dont 1pen/2, Forets (5/13 - cap), Gindre (6/11 dont 2 pen /3), Feniche(4/6), Pral (1/1), N’Doye(6/10), Bouchet, Eberlin (2/6), Kerbib (0/1) , Desgeorges (0/4) - entraîneur Gérald De Haro


Cartons jaunes : Feniche et Gindre

Exclusions temporaires : N’Doye(x2), Gindre (x2), Eberlin, Sacko

Expulsion : Gindre (56e)


Pour Martigues :

gardiens : Sene (20 arrêts), Stambouliyan,

marqueurs : Imaghri (1/1), Spano (0/1), Soro (0/1 - cap), Laux (2/7), Parianos (5/7), Chenanef (4/7),  Seguy (1/4), Pecchi (2/3), Saïdi (15/23 dont 7/8 aux pen), Vito(3/6)- entraîneur : Jacques Delannoy


Cartons jaunes : Laux, Soro, Spano

Exclusions temporaires : Imaghri (x2), Saïdi, Chenanef, Laux (x2)

Expulsion : Spano (47e) et Imaghri (50e)

 

 

Cette saison, décidément, le championnat de Nationale 1  ressemble pour Vénissieux Handball à un chemin de pénitence. Ce samedi soir, les handballeurs du VHB ont encaissé leur huitième défaite consécutive après avoir tenu leur  match pendant 56 minutes. Un peu dans le style de la célèbre émission à la télé qui se nommait : « Les cinq dernières minutes ».  Pour Vénissieux Handball, l'heure de vérité s'est située à la 56e.
Dans cette rencontre déjà capitale pour les deux formations, c’est Vénissieux qui fait la meilleure entame du match.  Devant des Martégaux assez empruntés, les coéquipiers d’Eric Forets se montrent.
Mamadou N’Doye qui effectue sa grande rentrée mystifie  régulièrement  une défense visiteuse presque candide  sur son côté droit. Malgré son buteur maison, Sacko mis sous l’éteignoir,  Vénissieux prend un avantage  (6 à 1 - 8e). Seul Sene dans les cages surnage dans un ensemble provençal qui commet de nombreuses erreurs de relances et de placement.  L’écart varie   ensuite sous l’impulsion de Saïdi et Vito.  Martigues revient à 9 à 6 (19e).  Mais les ruses de Feniche, l’insistance de Gindre et une équipe locale bien en jambes donnent  une différence justifiée à la pause.

Au retour des vestiaires, Vénissieux garde son avance. N’Doye se ressent de ses abdos  et se montre moins présent. Le premier moment fort de cette période  est l’exclusion justifié de Spano (47e) suite à une agression sur Gindre. Pourtant  cette expulsion relance les Martégaux. Malgré les parades de Vialla, Vito,  Laux, et Saïdi  réduisent l’écart (19 à 16 - 41e)

Martigues adopte une défense plus agressive et fait douter Vénissieux. Les contrattaques fusent de chaque côté et l’écart fluctue. Une nouvelle prise de risques de coaching et Martigues revient à 21 à 19 (47e) sur une réalisation  de Pecchi. A son tour Imaghri (50e) quitte les siens  expulsé après sur trois exclusions temporaires. Vénissieux reprend  de l’avance 25 à 21 (51e).  La fin de rencontre est assez tendue. Vénissieux commet de nombreuses  erreurs et Martigues revient à portée de fusil des locaux suite à un nouveau penalty transformé par Saïdi (55e) . Le Vénissian Gindre est à son tour expulsé (56e). L’impensable se produit sur l’égalisation de Chenanef (58e) ; puis Parianos, les arrêts de Sene, Saïdi imparable  et une défense vénissiane en déconfiture donnent la victoire aux visiteurs heureux de l’aubaine. Eux qui n’auront menés que  trois petites minutes ! Trois minutes qui séparent Vénissieux de sa première victoire.


Commentaire de Jacques Delannoy  entraîneur de Martigues :
«  C’est cruel pour Vénissieux. C’était un match avec un gros enjeu. Nous avons passé 50 minutes à plonger.  Nous avons insisté et cela nous a souri. Il est vrai que notre équipe est performante dans les dix dernières minutes. C'est là, qu’elle fait le break. Par contre, je ne suis pas satisfait de la manière  dont mes joueurs ont évolué. A l’image du match à Châteauneuf, on s’est mis à la hauteur de l’adversaire. C’est une rencontre un peu  folle avec des arbitres un peu limite et pour nous et pour Vénissieux surtout en fin de match.  Pour Martigues, c’est une excellente affaire. On va la prendre comme elle vient. On se rappellera que Vénissieux n’est pas moribond à ce que prétendent certains. C’est une équipe qui mérite d’être appréciée dans la division dans laquelle, elle joue.  Elle a été très fair-play alorsqu'elle traverse  des moments assez difficiles à vivre.  Pour moi, Vénissieux a déjoué tactiquement. Lors du temps mort posé par le coach vénissian et malgré tout le respect que je lui dois, et alors que nous étions en infériorité numérique,  il nous a donné des armes. Il nous permet de revenir dans le match. Pour moi cela a été le tournant du match. »

Questions  à Gérald de Haro entraîneur de Vénissieux

Cette fois-ci, il vous a manqué cinq minutes pour faire la décision ?
« C’est Martigues qui a eu cinq grosses minutes  et qui avait envie de gagner ce match.»

Est-ce que le tournant  du match, ne se situe pas lorque vous êtes en supériorité numérique et que l’équipe ne profite pas de l’aubaine ?
« A un moment donné, l’équipe qui a fait un bon match a été un peu en surrégime. Gindre explose. Sacko était hors service. Pour moi, Martigues fait la décision lorsqu’il nous font une défense à risques.  C’est dommage car j’insiste l’équipe a fait une grosse prestation. J’ai voulu garder quelque chose de positif. A la mi-temps, Martigues n’avait réussi à transpercer notre rideau défensif qu’à neuf reprises. Ensuite, il est vrai que les erreurs ont été nombreuses dans le secteur défensif. »

Jacques Delannoy l’entraîneur de Martigues affirme que Vénissieux n’est pas à sa place. Qu’en pensez-vous ?

«  Moi je le sais . Mais là, nous allons y être pour un petit moment.  Si l’équipe aurait  fait des prestations du genre de  ce soir, Jacques Delannoy aurait raison.»


Ce match a -t-il été une victoire de coaching ?
« Il a bien coaché. IL est vrai qu’il a pris des risques.  Perdu pour perdu ,il a joué, il a gagné. Certainement, j’ai fait des erreurs.  Mais je retiens de cette soirée, la volonté de l’équipe de se battre jusqu’au bout. L’équipe perd mais la tête haute. Une équipe qui tient la route ne perd pas cette rencontre. »

Alors plus question de votre départ ?

«  Si l’équipe joue ainsi tous les samedis, bien sur que je reste. La victoire n’est plus très loin. »


Les photos :  

 


 



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article