Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

A l’intérieur des masques

Dispositif indispensable en cette période de pandémie, le masque a aussi servi de support à des artistes. Au mois de mars 2004 à l’Espace Arts plastiques, le créateur espagnol Javier Perez  avait exposé ses œuvres pendant trois mois.

Javier Perez est né en 1968 en pleine révolution culturelle!
Après ses études à l'École des beaux-arts de Bilbao, il a poursuivi une formation de troisième cycle à l'ENS des beaux-arts de Paris. C'est un artiste de réputation internationale. Il a déjà représenté l'Espagne à la Biennale de Venise en 2001. Javier s'inscrit dans la mouvance des artistes dont le travail est lié au corps, plus particulièrement à. la dimension physique son propre corps, le réceptacle de son moi profond. C'est le prétexte de ses expositions mais ce sont également les clés. L'artiste espagnol travaille sur l'apparence. Les œuvres de Javier Perez sont fréquemment présentées dans une relative pénombre. Beaucoup de ses compositions semblent hésiter entre fragilité et violence, entre beauté et répulsion. L'opacité du masque comme dans "Reflejos de un viaje" fonctionne comme transformateur d'identité. Il est dans le même temps révélateur de l'absence. Déambuler dans Prague avec ce masque en verre sur le visage n'a rien à voir avec le quotidien. Ce visage invisible apparaît comme abstrait, libéré de tous les messages sociaux que sont les vêtements, la coiffure, le maquillage. Comme les antécédents expositions de cette saison culturelle, celle de Javier Perez est une passerelle entre les différents modes d'expression de l'art contemporain. Son approche n'est pas sans évoquer certains écrits de Kafka où un simple récit débouche sur le mystère de la condition humaine. L'artiste ne dédaigne pas non plus utiliser le charme des références culturelles mais pour s'en défaire pour aller du connu vers l'inconnu

De Munich, à Berlin en passant par Prague, Bilbao, Lima, Hanovre, Paris, le talent de Javier Perez a été maintes fois salué.  Ses œuvres ne laissent personne indifférent. Les critiques d’art, le monde de la création contemporaine, les instances culturelles de son pays ont fait de ce jeune talentueux créateur catalan un artiste de renom.
Les œuvres de Javier Perez figurent dans les meilleurs musées, tel le « Guggenheim » de Bilbao. Sa dernière apparition en France à la Maison Carrée de Nîmes avait été saluée par la critique.
Ses vidéos, sculptures, œuvres graphiques et performances nous transportent dans un monde onirique, fantastique. Cette inquiétude étrangeté est relayé par des matériaux à caractère organique (verre, porcelaine, silicone…).
Le corps porteur de toute une mythologie individuelle, ce « moi-peau » cher aux psychanalystes est au cœur de ce travail multiforme.

A l’Espace Arts plastiques de Vénissieux, l’exposition s’est concentrée autour du masque. Une prolongation du corps qui permet de transgresser les limites. Objet qui permet en un seul lieu de cristalliser les tourments de l’âme humaine. L’exposition de Vénissieux fut couplée à celle du Château Rouge d’Annemasse où dans un cadre plus intimiste Javier Perez y exposa une sélection de dix ans de travail.

A l'intérieur des masques - Photo : © DR

A l'intérieur des masques - Photo : © DR

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article