Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Sport handicapé, quelles possibiltés à Vénissieux (1)

2012_2013-4995.jpgEtre handicapé physique et pratiquer du sport à Vénissieux est un exercice  parfois difficile.

L’Office Municipal du sport par l’intermédiaire de sa chargée de communication  Claire Manneville soutient que  pourtant ces personnes handicapés peuvent s’adresser à tous les clubs de la commune ( karaté, foot, basket et même athlétisme…).
Les exemples ne manquent de sportifs handicapés présents  dans les clubs vénissians. Comme cela était  le cas pour Florent Journeau- Desmoulins, jeune trisomique qui  est un membre à part entière du Bunkaï Karaté Do, club où il a trouvé les moyens pour s’épanouir.  
A panorama des acteurs présents sur ka commune dans ce créneau, nous ajouterons,  la Vénissiane sport adapté où  des personnes atteintes de troubles psychiques peuvent pratiquer du football sous la férule de son président, entraîneur Daniel Bertholio.  

Le GTA Handic’Alpes qui  permet à des personnes non-voyantes de pratiquer la randonnée sportive en montagne.

En fin nous n’oublirons pas  que pour les enfants, ceux-ci peuvent aussi faire appel au CRESS (centre de recherche d’éducation par le sport et la santé). Cet organisme vénissian s'est engagé depuis 2010 dans le domaine du sport adapté pour accompagner les familles et les clubs afin d’aider à l'intégration des enfants en situation de handicap mental, psychique ou pour les enfants présentant des troubles du comportement. Ainsi, en collaboration avec le Ville de Vénissieux et l’OMS (Office Municipal des Sports), le CRESS a réalisé  un diagnostic des ressources et des difficultés concernant le handisport et le sport adapté sur le territoire de la ville de Vénissieux et de ses alentours. Par ailleurs, le CRESS est à la disposition des clubs (encadrants, éducateurs) et des familles pour aider dans le processus d’intégration d’un jeune en situation de handicap.

 

2012_2013-5026.JPGEn cette saison  post-olympique, notre petit doigt nous dit que le sport handicapé sera au centre des débats de la prochaine rencontre  ville/oms/ mouvement sportif vénissian  prévue au printemps. 

Pour apporter notre pierre au moulin, nous avons voulu connaitre l’opinion d’un des acteurs majeurs du sport handicapé en France: Handisport Lyonnais en la personne de Jean Debiais.  Le fondateur de l’ASCUL œuvre depuis 10 ans à la tête de ce club spécifique.

A 84 ans, il à l’esprit vif et le  phrasé précis voire même  un  brin taquin. D’entrée,  il titille le bon vénissian qui sommeille  en nous : «  Visiblement il n’y a pas d’handicapé physique  à Vénissieux. Nous n’avons pas d’adhérents ou pratiquement pas venant de votre commune. »

Handisport Lyonnais est  le premier club français avec plus de 300 adhérents. Une association qui a decroché plus de 650 titres ces quarante dernières, jeux Paralympiques y compris.  Situé dans le 8e arrondissement de Lyon à quelques hectomètres de Vénissieux,  il a le soutien de  Lyon, Villeurbanne, St Priest… et est affilié  à l’OMS de Vénissieux.
«  Nous avons le soutien affectif  de Vénissieux au point de vue de vos  élus. André Loscos l’adjointe aux sports nous apprécie beaucoup et les relations avec la ville de Vénissieux sont excellentes. Dernièrement, nous étions pris à la gorge pour l’organisation  d’une manifestation sportive.  Votte municipalité  nous a dépanné très rapidement.»
Jean Debiais se bat pour  l’implantation
2012_2013-2949.JPGd’une section sur la commune : « J’entends bien qu’il ne faille pas demander aux personnes de Vénissieux de demander venir faire du sport à la Croix-Rousse. Mais la solution existe . Il suffirait de trouver un homme, ou une  femme qui avec notre appui et nos  conseils et notre administration monterait une section vénissiane d’handisport. Une personne qui arriverait à mobiliser les énergies.  Quand je vois que la municipalité vénissiane arrive à fédérer son  mouvement sportif alors qu’à Lyon, je ne connais aucun club dans le 8e arrondissement où nous sommes implantés, je me dis que l’affaire est possible et que nous serions aidés par la ville de Vénissieux.  Il faudrait au départ des ambitions mesurées. Par exemple une section de tir à l’arc  ou d’athlétisme, disciplines qui  seraient   facile à démarrer et peu gourmandes en investissement. Du cyclisme, du foot à 5  aussi  pourquoi pas.

 Si Lyon nous donne 50 000 €  c’est qu’on s’est battu et qu’on a prouvé que nous les utilisions bien. Au départ de la création de cette section que je voudrais voir naître, ce n’est pas Vénissieux qui pourrait nous apporter de l’argent, au départ mais  plutôt nous qui investirons. Dans un passé récent,  nous avons eu une section natation qui a migré à Villeurbanne suite à l’incendie du CNI. Nous avons eu aussi du basket qui marchait assez bien. »

A signaler que le club Handisport Lyonnais affiche  un budget de 200 000 € ; et que la plus belle image que le club lyonnais peut donner d’un sportif vénissian est sans contexte Frédéric Venet. Ce  jeune nageur vénissian arrivé un mois de septembre avec son père s’inscrire au CMOV Natation a trouvé en parallèle dans le club lyonnais son mentor Jean-Pierre Hyvernat . Frédéric a été de multiples fois champions de France. Il sera une fois ses études terminées à ne pas douter sélectionné pour les JO Paralympiques qui auront lieu à   à Rio de Janeiro en 2016.

IMGP6917.JPGJean Debiais insiste : « Le sport handicapé, c’est énormément d’argent. A l’échelon de l’agglomération lyonnaise, il y a de plus en plus de clubs de valides  qui prennent des handicapés. Ils en prennent un, deux pour la simple raison d’avoir une subvention particulière. Je trouve cela malhonnête. S’il n’y avait pas des clubs spécifiques handicapés, je dirais banco  mais un  escrimeur handicapé, je le vois mal  faire sa discipline face à un valide. Si une section se monte à Vénissieux elle serait typiquement handicapée. Mais Handisport Lyonnais ,  joue aussi la carte inverse, si des valides veulent venir, nous les accueillons. Non pas par intérêt mais pour le service que ces derniers peuvent rendre.  Au tir à l’arc ;  celui-ci peut permettre à un non voyant  de pratiquer cette discipline par ses conseils. Il est vrai que pour les politiques des villes environnantes le titre Handisport Lyonnais effraie. Michel Mercier lui-même m’a demandé  de changer le nom de l’association en Handisport Rhône. Le club a 50 ans et une histoire. On est bien dans le Lyonnais je crois. »  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article