Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Passion sport : Sébastien Thévénet le multi-pratiquant

SOT76937-copie.jpgAvec ce portrait,  nous commençons, une série d'entretiens avec des sportifs, bénévoles, dirigeants vénissians qui s'investissent pour leur passion sportive. Le choix est subjectif, chacun d'entre-nous connaît une telle ou un tel qui pourrait figurer dans cette rubrique.
Ce samedi , c'est Sebastien Thévenet qui est mis sur le grill.

Sebastien c'est la passion pour le sport de compétition car comme il le dit dans plus bas :
«J’ai besoin de faire du sport intensivement et pas en dilettante.»
S'il est fréquent de le voir  faire son footing du côté du Parc de Parilly, le samedi c'est plutôt à Tola-Vologe que l'on rencontre. Il enfile la tunique rouge de Vénissieux Handball et devient entraîneur joueur de l’équipe de pré nationale.  Après une courte soirée , le le  dimanche; il faut qu'il soit prêt car à 13h30 débute le match des reserves du rugby. au Stade Laurent-Gerin, c’est un remplaçant apprécié dans l’effectif de l’USV Rugby.  Comme dirait Leeloo l'héroïne du Cinquième Elément, Sebastien c'est mutipass.  En 2009, il a participé aux éliminatoires du  Circuit National épée (cherchez-le bien, il est présent sur la photo des tireurs de  Vénissieux Escrime)  après une saison passée à Vénissieux Escrime. C’est un bon footballeur. Si sa passion demeure le handball , il a joué en Nationale 1 comme défenseur de l’équipe  de handball vénissiane dirigé alors par Gérald Vincent et Armel Merlaud, des sports aussi variés que le vélo, escalade, ski ne lui font pas peur.

IMGP0510.JPGA 30 ans, Sébastien  Thévenet  est ce qu'on appelle communement un fondu de sport. Ce technicien de production des Laboratoires Boiron s’astreint un régime sportif draconien.

 

Nous l'avons rencontrer, il répond à nos questions :

Pourquoi votre passion pour le sport ?
«  Une passion ne s’explique pas, elle se vit. En club, j’ai pratiqué du vélo, du football, du rugby, escalade, escrime, ski,… et  bien sûr handball. C’est mon sport de prédilection »

 

Arrivez-vous à concilier vie familiale et passion sportive ?

«  C’est parfois difficile. Mais ma copine pratique le handball de haut-niveau, elle est compréhensive. Le sport est devenu comme une drogue. Il n’y a pas de jour sans que je fasse du sport. J’enchainais dans le passé un gros match de handbal le week-end avec un match de rugby avec l’USV. J’ai besoin de faire du sport intensivement et pas en dilettante. »

 

Où pratiquez-vous ces disciplines ?

«  Hormis l’escalade et le ski, j’ai toujours pratiqué à Vénissieux. Je suis natif du Moulin à Vent.  J’ai fait mes études à Honoré de Balzac. Désormais j’ai construit à Givors. C'est marrant, je suis passé ainsi d’une ville communiste à une autre. »

 

SOT76487 copieEst-ce dur de "coacher" et de jouer en même temps ?

« J’aime la compétition et jouer. Prendre la direction de l’équipe de pré-nationale n’a pas été de mon fait. C’est le choix du club. Car Xavier Chaintreuil voulait entraîner les moins de 18 ans. On a échangé nos postes . Avec la condition que je continue de jouer. Faire  coach et entraîneur c’est difficile. Quand le match est tactiquement simple, il n’y a pas de problème. A l’inverse quand la rencontre est accrochée, c’est compliqué. Je fais appel alors à mes référents, Gérald de Haro ou Anthony Bouchet. Ce dernier vient me donner un coup de main sur le banc. »

 

Qu'est-ce qu'il vous plait dans le rugby?

«  C’est le top à Vénissieux. C’est une équipe de copains. La crème de la crème.  L’ambiance y est excellente.  Le rugby et le handball sont de sports de ligne et des sports d’engagement. »

 

Avez-vous choisi le handball  par passion ou par le fait d’habiter à proximité de la salle ?

« Petit, j’étais un peu enrobé.  Mes parents m’ont forcé à faire du sport. Ils m’ont laissé le choix.  C’était la grande époque du HBV 85. Pris dans la passion de ce club, j’y suis resté. J’y suis encore.  J’ai eu de vrais amis comme Alain Chosson, Pascal Branchard qui m’ont donné le virus de ce club bien particulier.  De vivre dans un club en tant qu’entraîneur ou joueur, cela nous donne une obligation de reprendre la licence. »

 

Quelle est votre  future passion ?
«  Entraîner à temps plein, lorsque j’aurais fini de jouer »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article