Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Les valeurs du sport sont-elles en danger ? Part 2

La Croisade « valeurs du sport »

 

Depuis une décennie, de multiples associations et d'organismes divers (Sport et Citoyenneté, Pur Sport...), des  milieux sportifs (haut niveau ou local),  des mouvements politiques, une fraction des spectateurs habituels des stades ou encore  des personnels enseignants du sport  se sont lancés dans une croisade contre les dérives du sport ou plus particulièrement  contre certaines conceptions de celui-ci.

 

Même le pape Benoît XVI s’y est mis en invitant urbi et orbi tous les sportifs à défendre la sainte cause :  « Puisse le sport pratiqué de façon saine et harmonieuse à tous les niveaux favoriser la fraternité et la solidarité entre les personnes ainsi que le respect et la valorisation du milieu naturel » . Vaste programme !

 

La  mobilisation pour défendre les valeurs du sport ou la croisade envers les infidèles est engagée.

BOURGES 2010 023 2Quelles  sont  ces valeurs dont tout le monde parle ?
      

Ce sont celles de toute  pratique sportive : santé, développement physique, équilibre corporel, réhabilitation du corps...

Mais aussi des règles du jeu que les groupes sociaux qui s'y adonnent se sont fixés.

Les cultures du sport vont ainsi de la pratique individuelle à la pratique de masse.


Le site  -La Médiathèque - http://www.lamediatheque.be/, dans un texte de 2004, résume assez bien les  valeurs à défendre :

« Au travers des pratiques sportives, qu'elles soient compétitives, performantes ou plus libertaires, moult valeurs s'expriment selon leurs thuriféraires : santé, solidarité, goût de l'effort, respect des règles, citoyenneté, créativité, connaissance de soi, dépassement de soi, intégration, glorieuse incertitude, discipline de groupe, acceptation de l'échec, bénévolat, humilité dans la victoire, esprit sain, partage, expression corporelle, tolérance, esprit d'équipe, force de caractère, abnégation, canalisation de la violence, fair-play, sens de la fête et du jeu, attachement aux couleurs, volonté,...toutes ces valeurs existent sans doute, mais sûrement pas tout le temps! Le sport n'est pas la potion magique rendant l'homme infiniment bon. Olympique ou pas, toutes les médailles ont leurs revers : en sport, ceux-ci ont nom dopage, chauvinisme, corruption, récupération politique, violence, affairisme, mais aussi gloriole, triche, xénophobie, individualisme, machisme, championnite, ségrégation... »

 

Mais que prônent donc officiellement les multiples organismes qui font la promotion du sport, et notamment du sport de masse ?


  

3522376763_a48800d284.jpgLes réponses :

 

–   Le CIO

 

Le Comité International Olympique justement a agréé une Charte pour un sport éthique issu des travaux de l'Université Sportive d'été 2001 tenu à Marseille dans laquelle il résulte du fait que l'éthique du sport a pour fondement et pour objectif la défense de la dignité de l'homme par la réalisation d'une harmonie du corps, du cœur et de l'esprit, pour tous ceux qui développement une activité dans le sport, "l'obligation d'une mission d'éducation et de formation qui vise à promouvoir :
    - le respect de l'adversaire, considéré d'abord comme un partenaire de jeu,
    - la connaissance claire de soi, de ses forces et de ses limites,
    - la lutte contre toute forme de violence ou de tricherie et l'engagement pour la défense de l'équité dans le sport,
    - le ménagement des équilibres de la nature,
    - la sensibilisation à la nécessité de la solidarité."

venissieux.jpgVénissieux

 

Au plan local, c’est l’orientation n°19 du projet de ville 2015 de l'actuelle majorité de gauche( gauche plurielle,communo-socialiste) qui définit le sport comme un levier éducatif et qui entend développer une politique sportive associant haut-niveau et sport pour tous.

   

Les élus de la majorité du Conseil Municipal (équipe municipale socialo-communiste) partent du constat que : « Si l’idéal sportif se trouve parfois renvoyé à la réussite individuelle de quelques athlètes et à leur reconnaissance sociale, il nous faut poursuivre la promotion des valeurs fondamentales du sport : engagement, respect de l’autre, sens du collectif, goût de l’effort… 
Le travail des éducateurs sportifs de Vénissieux va dans ce sens.

En matière de sport, la politique municipale s’adresse à l’ensemble des pratiquants avec un effort particulier en direction des jeunes. Une dimension éducative de premier plan qui prend appui sur des infrastructures de qualité. Ces dernières années plusieurs réalisations sont venues renforcer encore les équipements sportifs de la Ville. Sur le terrain de la performance, les clubs locaux expriment toute la vitalité des villes de L’Est Lyonnais.
 »

 

Que prévoit ce projet de ville :   « Il  convient de conserver le patrimoine sportif en bon état et de poursuivre la réflexion sur l’extension du parc d’équipements de la Ville. Un projet sportif local comprenant deux volets a été signé :
– Volet équipement : une enveloppe budgétaire de 600 000 à 700 000 € par an est réservée à la réalisation des travaux déterminés en concertation avec l’OMS.
– Un volet politique sportive et éducative plus important dédié au sport doit soutenir le développement de la pratique sportive, comme levier éducatif.
 »

 

Enfin il propose

– Construire le gymnase associé au collège Honoré-de-Balzac
– Poursuivre la réhabilitation du patrimoine sportif
– Réfléchir en concertation avec l’OMS et l’ensemble du mouvement sportif à l’évolution du parc d’équipements sportifs, à sa maintenance et à la politique sportive

 

Au quotidien la ville s’engage sur la formation des éducateurs sportifs en  partenariat avec le Centre de Recherche et d’Éducation par le Sport, sur l’amélioration de la formation des éducateurs sportifs qui interviennent auprès des jeunes : elle entend ainsi favoriser la prise en compte et la diffusion des valeurs éducatives du sport au sein des clubs et de toutes les structures sportives.

oms.jpgL’OMS de Vénissieux

Au niveau de l’Office Municipal du Sport de Vénissieux citée plus haut , c’est la Commission Politique Sportive et Educative dont le Président est Bernard MALFONDET qui impulse le dossier en  question .

« Lors de sa création en 1999, la Commission s’appelait « Sport Civil / Sport scolaire » - lit-on sur le site internet de cet organisme qui ajoute :

Cette commission a travaillé sur un certain nombre de constats et notamment :

·         le manque de liens, de passerelles entre le monde fédéral et le monde scolaire

·         le manque de communication et d’information

·         l’affaiblissement du sport scolaire (USEP)

En 2005, à la relance du Projet Sportif Vénissian , la commission prend le nom de Politique Sportive et Educative

Son orientation est d’enrichir la pratique des activités physiques et sportives à Vénissieux, de l’ouvrir au plus grand nombre et comme son nom l’indique de se pencher davantage sur le volet « éducatif ».

La commission a pointé différentes questions et notamment celles de :

- la formation de l’encadrement

- l’accès du plus grand nombre au(x) sport(s)

- la participation des jeunes, tant dans la pratique que dans l’accompagnement, voire de l’encadrement.


La part de recherche de la Commission ne concerne que les valeurs éducatives. La technique est l’affaire des fédérations et des clubs.

La Commission s'était proposé d'élaborer une enquête afin d'avoir une image globale des clubs sportifs. vénissians, pour mieux les connaitre et mieux cerner leurs besoins (notamment en formations). Le questionnaire a été réalisé au sein de la commission et adressé aux 54 clubs sportifs vénissians en octobre 2006 (35 réponses)

Nous avons pu constater que, si les besoins des clubs en matière de formation technique restent importants, d'autres volets de la formation ont été évoqués :

- gestion de l'association en général: 25.1%

- comptabilité/gestion: 22.7%

- juridique/emploi: 22.7%

- communication: 11.3%

- connaissance de l'enfant: 9.1%

- analyse de la pratique: 9.1%

Notre rôle a une importance capitale dans la prise de conscience des valeurs éducatives sportives, dans la mesure où nous voulons faire changer les mentalités et faire reculer la violence et la drogue dans le sport.

Nous avons constaté que ce projet sur le sport était trop restrictif ( il ne traitait que des clubs ) c'est pourquoi, nous avons décidé d'élaborer un projet plus global.

Projet de rencontres et d'échanges avec tous les partenaires sportifs, scolaires, sociaux de la ville de Vénissieux

Développement de l'enfant et l'adolescent :
Objectif dominant de nos structures éducatives

Objectifs

·         Etablir des passerelles entre tous les protagonistes

·         Mutualiser les moyens matériels, humains de chaque structure pour placer l'enfant et l'adolescent au coeur du système éducatif de la ville

·         Rapprocher ces différentes structures et tenter de les fédérer autour d'un projet commun

Du 21 octobre au 27 janvier 2009, six rencontres ont eu lieu dans les territoires de la Ville : Léo Lagrange, Pyramide, Darnaise, Moulin à Vent, Parilly et Charréard.

Bilan

Après plus de six mois de travail, la commission a tenté de dresser un état des lieux de ces rencontres participatives. On peut d'ores et déjà dire, que ces échanges ont été extrêmement riches, instructifs et très constructifs.

Les acteurs présents :

·         Une dizaine de clubs rencontrés

·         Les Equipements Polyvalents Jeunes (EPJ)

·         Des éducateurs sportifs de la Direction Des Sports

·         Les agents de développement du Contrat de Ville

·         Le centre Boris Vian

·         Trois écoles

·         Un professeur d'Education Physique et Sportive (EPS)

·         La MJC (Maison des Jeunes et de la Culture )

·         L'équipe d'éducateurs Prévention Spécialisée

·         Un responsable de la Maison de l'Enfance

·         Un coordinateur de la Maison de l'Enfance

Associes au groupe de pilotage :

·         La commission PSE

·         La Direction Des Sports

·         Le Centre De Recherche et d'Education Sport & Santé

Les problèmes évoqués :

Le problème majeur évoqué est un problème de COMMUNICATION : un manque de communication entre les structures d'où une méconnaissance des actions de chacune.

Pour essayer de parer à ce manque de communication, la Commission a décidé de mettre en place un guide à l’usage des professionnels (enseignants, centres sociaux, clubs…) où toutes les informations nécessaires apparaîtraient par territoire avec les coordonnées des personnes concernées.

A la demande du Maire, soutenue par l’OMS, une enquête sur la pratique sportive féminine a été menée sur la Ville de Vénissieux de janvier à juin 2009, un état des lieux et des analyses ont été réalisées afin de faire ressortir des préconisations.

La Commission Politique Sportive et Educative va donc suivre un axe « pratique sportive féminine » en reprenant et poursuivant le travail entamé lors de cette enquête. 


bagneux.jpgL’exemple de Bagneux

 

D’autres villes ont également se sont penchés sur le sujet  comme c’est le cas à Bagneux dirigée par Marie-Hélène Amiable (PCF) qui au  travers de son  Club Olympique Multisport se propose d’interpeller le mouvement politique lors des élections et exige  des mesures  comme :

 

1. Rétablir l’Education Physique et Sportive comme discipline scolaire à part entière
          Nous exigeons :

  • L’abrogation la loi Fillon et du décret de Robien modifiant le décret de 1950 sur le service hebdomadaire des enseignants.
  • Le rétablissement de l’EPS comme une matière fondamentale et obligatoire dans tous les cursus scolaires et à tous les examens.
  • Le maintien de la rémunération de la coordination des équipes pédagogiques et du droit à un forfait indivisible de 3 heures dans le service hebdomadaire consacré à l’association sportive de l’établissement affiliée à l’UNSS.
  • L’ouverture de 1500 postes supplémentaires au concours du CAPES 2007.
  • La création de postes de professeur d’EPS dans les écoles élémentaires, à raison de 3h hebdomadaires pour les élèves dès septembre 2007.

2. Lancer un plan d’urgence pour le développement des installations sportives
          Le recensement national des équipements sportifs réalisé en 2006 fait apparaître la nécessité de renouveler et de moderniser les équipements sportifs. C’est pourquoi, nous demandons :

  • Une loi de programmation sur la rénovation et la construction d’équipements sportifs.
  • L’obligation pour l’Etat ou la collectivité territoriale de doter chaque établissement scolaire d’un gymnase polyvalent conforme à l’enseignement de l’EPS.
  • Une élaboration et une validation des cahiers des charges pour chaque construction en collaboration avec les futurs utilisateurs (le mouvement sportif local et les professeurs d’EPS)
  • La création d’un fonds national d’urgence pour aider les collectivités territoriales et les associations sportives gestionnaires à financer les nouvelles réalisations. 

3. Garantir et développer l’accès du sport pour tous
          L’organisation du sport en France est fondée sur des liens de solidarité et de concertation, tout particulièrement entre les secteurs amateurs et professionnels. C’est pourquoi nous pensons qu’il est urgent de :

  • Maintenir les ligues professionnelles et les centres de formation au sein des fédérations et établir des liens solides et durables avec le sport amateur.
  • Encourager la pratique féminine et faciliter l’accès des femmes aux responsabilités pour progressivement instaurer la parité dans les instances nationales.
  • Maintenir la mixité dans l’enseignement de l’EPS de l’école au lycée et développer les compétitions mixtes à tous les niveaux.
  • Exiger l’accessibilité de toutes les installations sportives aux personnes handicapées.
  • Développer des activités physiques adaptées aux besoins des personnes âgées
  • Soutenir les associations sportives en entreprise avec une participation financière de l’entreprise correspondant à la masse salariale.
  • Maintenir une aide directe aux familles les plus démunies pour l’inscription dans un club sur le modèle des coupons sport, bons CAF ou visas sport.

4. Relancer le bénévolat en le valorisant
          Nous constatons une diminution progressive du nombre de bénévoles impliqués dans le sport, c’est pourquoi nous proposons :

  • L’adoption d’une loi instaurant un statut du bénévole afin de leur garantir le temps et la formation adéquats pour se consacrer à la vie de leur association.

5. Savoir nager doit être une priorité nationale
          Forcé de constater que chaque année des enfants se noient, nous insistons sur :

  • La mise en œuvre d’un plan d’urgence de l’apprentissage de la natation.
  • La défense et le maintien de la loi du 24 mai 1951 sur les qualifications pour l’enseignement de la natation et la surveillance des installations nautiques.
  • L’augmentation des formations pour le BEESAN et l’adaptation du concours d’ETAPS pour répondre aux besoins des collectivités territoriales.
  • L’ouverture de postes supplémentaires au concours d’Educateur Territorial des Activités Physiques et Sportives (ETAPS) pour les postes de maître-nageur.

6. Développer la prévention en matière de santé
          Nous demandons :

  • La reconnaissance des activités physiques et sportives comme relevant de l’intérêt général par leurs fonctions de santé publique.
  • La mise en place de formations à la médecine du sport et le développement de centres médico-sportifs dans chaque département avec une mission prioritaire de prévention.
  • Le remboursement à 100% par l’Assurance Maladie des visites médicales pour certificats médicaux de non-contre-indication à la pratique sportive dans tous les centres médico-sportifs.
  • Le renforcement des dispositifs pour lutter contre le dopage à tous les niveaux de la pratique.

7. Valoriser les métiers du sport
          Nous proposons :

  • L’amélioration de la convention collective nationale pour garantir une réelle reconnaissance de tous les métiers relevant des activités physiques et sportives.
  • La création d’un dispositif de formation cohérent présentant de véritables filières professionnelles dans tous les domaines du sport aboutissant à la fois sur des débouchés dans la fonction publique et dans le mouvement associatif. 
  • L’ouverture d’une concertation sur le statut de l’ensemble de la filière sportive de la fonction publique territoriale et la fonction publique d’Etat.
  • La revalorisation du régime indemnitaire de la filière sportive des fonctions publiques territoriale et d’Etat au même niveau que les autres filières (administrative et technique).
  • La prise en compte du temps de préparation des séances pédagogiques, de la préparation du site et du matériel ainsi que de l’accueil des pratiquants dans le temps de travail effectif et dans la rémunération des éducateurs sportifs et des professeurs d’EPS.

8. Mettre en œuvre une politique nationale ambitieuse avec des moyens renforcés pour le sport 
          Nous exigeons que :

  • Le ministère des activités physiques et sportives soit de première importance.
  • L’enseignement, la rémunération et la formation en EPS relèvent du Ministère de l’Education Nationale.
  • La gestion de l’Institut National du Sport et de l’Education Physique (INSEP) et des CREPS reste publique et sous l’égide du Ministère.
  • Les CREPS et les Directions Départementales et Régionales soient maintenus dans chaque région de France 

9. Redéfinir le rôle des collectivités territoriales
          Les activités physiques et sportives, sont les grandes oubliées des lois de décentralisation et de la loi d’orientation des lois de finances. C’est pourquoi nous demandons :

  • Un texte de loi clarifiant les compétences, les responsabilités et les moyens financiers à chaque niveau de territoire. Il définira « des chefs de files » tout en garantissant la péréquation nationale (Etat, régions, départements, structures intercommunales, communes).
  • La création d’instances de concertation rassemblant tous les acteurs du mouvement sportif à l’échelle d’un territoire, permettant de définir un projet sportif cohérent.
  • La mise en place d’un observatoire du sport dans le secteur public à l’échelle d’un territoire.

10. Financer le sport de manière plus équitable
          Le budget du sport n’a jamais dépassé les 0,5% du budget national avec une prédominance du FNDS transformé en CNDS, qui dépend à 80% du financement de la Française des Jeux. Le budget national du sport est affaibli, c’est pourquoi nous demandons :

  •  
    • Un budget de l’Etat alloué aux activités physiques et sportives  qui doit être égal à 1% du PIB, soit immédiatement le doublement de ce budget, hors crédits extrabudgétaires.
    • La création d’une taxe sur les produits financiers dans le sport et l’utilisation de la taxe des droits d’images pour alimenter le budget national du sport. 
    • La récupération de la TVA par les clubs sportifs amateurs sur l’achat du matériel sportif.
    • L’interdiction de la cotation en bourse des clubs professionnels.

           Toutes ces mesures sont proposées au débat et à la signature des candidats aux élections présidentielles et législatives.


 

     

     
bordeaux.jpgL’exemple de Bordeaux

La ville de Bordeaux dirigée par Alain Juppé (UMP) agit au titre de l’intérêt général pour le développement sportif sur son territoire, recherchant l’accès
au sport pour le plus grand nombre, tout en reconnaissant l’exemplarité de la performance.

Dans un projet fort validé par le conseil municipal du 25 mai 2009, la ville définit les 3 axes de développement de sa politique sportive, et s’engage en qualité de gestionnaire, partenaire et opérateur.
                                   

Axe 1 :

Le sport pour tous, la ville de Bordeaux au coeur d'une nouvelle dynamique de sports de proximité
Afin d’accompagner les évolutions de plus en plus rapides du monde sportif, la ville de Bordeaux souhaite construire de nouvelles modalités de partenariat avec le mouvement sportif, élaborées sur le mode projet, et formalisées dans un contrat d’objectif.
La Ville propose par ce moyen de soutenir en toute transparence le fonctionnement régulier des clubs, mais surtout les projets associatifs dans les domaines ciblés que sont l’accessibilité à la pratique sportive notamment dans les quartiers prioritaires (action de sensibilisation, politique tarifaire), le sport handicap, le sport santé, les pratiques intergénérationnelles et l’ensemble des actions s’inscrivant dans une logique de développement durable.
Sur ce dernier point, l’élaboration du Guide du Sport éco-citoyen vise à accompagner les clubs dans la mise en pratique des recommandations en matière de respect de l’environnement et d’éco-citoyenneté.

 

Dans sa mission de gestionnaire, la ville améliore le maillage territorial dans l’offre d’équipement, notamment par la construction d’équipements dans les quartiers à forte évolution : gymnase Charles Martin, ASPTT, Armagnac, réhabilitation de la piscine Stéhélin. Elle adapte ses horaires d’ouverture aux nouvelles attentes de la population, et offre, en complément des équipements traditionnels, de nouveaux espaces de pratique sportive libre (Parc des sports Saint Michel, projet d’activités de pleine nature sur le site de la Plaine des sports de Bordeaux Lac).

Dans ses actions d’animation sportive, priorité est également donnée à la proximité, avec par exemple le projet des piscines au service du savoir nager (école municipale de natation gratuite, et garderie gratuite pour favoriser la pratique de la natation des familles monoparentales), le développement de médiateurs sportifs sur les sites d’accès libre, Quai des sports, l’opération bus plage, la plage de Bordeaux Lac.

Axe 2 :

Les manifestations sportives, reflets du dynamisme des clubs et du rayonnement sportif de la ville

La ville de Bordeaux souhaite mieux accompagner techniquement et financièrement les projets de manifestations portés par les clubs sportifs
Elle propose également d’accueillir de grands événements sportifs (Tour de France cycliste, candidature pour l’Euro 2016) qui participent au rayonnement de Bordeaux, capitale régionale et métropole européenne
Bordeaux souhaite enfin se doter des structures indispensables au développement du sport spectacle et répondre ainsi à une réelle attente du public, en redonnant par exemple sa vocation sportive au palais des sports.

Axe 3 :

Sport de haut niveau et sport professionnel, rechercher et valoriser l’exemplarité de la performance sportive

Le résultat sportif est l’aboutissement d’une démarche d’éducation et de formation. La ville de Bordeaux souhaite donner à ses sportifs toutes les chances de réaliser leurs ambitions et par là même nous faire vibrer de leurs exploits. Après détermination des clubs phares dans chaque discipline, des contrats d’objectifs spécifiques pour le haut niveau sont élaborés, la ville soutenant plus particulièrement les actions dans la formation des jeunes et le haut niveau féminin.
La ville de Bordeaux souhaite utiliser la performance sportive comme un outil de communication et de promotion, mais également de lien social ; en renforçant l’implication du sport professionnel dans la vie locale, en développent des actions en direction des jeunes pour favoriser la rencontre et l’échange, en facilitant l’accès au spectacle sportif pour les jeunes Bordelaises et Bordelais.
Dans le domaine des équipements sportifs, la ville de Bordeaux entretient et fait évoluer son patrimoine au service de la performance sportive en conformité avec les prescriptions de l’agenda 21 bordelais, répondant au plus près aux besoins des pratiques et des pratiquants. La restructuration du vélodrome et la construction d’un nouveau stade de 4 2000 places dans le secteur de Bordeaux Lac sont ainsi programmés.

Budget 2009

23,91 millions d’euros - 6,57% du budget général

  • Sports éducatifs et de loisirs :
    14,93 millions d’euros (61%)
  • Equipements Sportifs structurants :
    4,46 millions d’euros (19%)
  • Sport de haut niveau et performances :
    4, 52 millions d’euros (19%)

Chiffres clés :

  • 220 associations sportives
  • 36 040 licenciés
  • 86 disciplines
  • 3 clubs professionnels
  • 19 clubs de Haut Niveau amateur pour 37 disciplines
  • 47 sites couverts
  • 222 sites de plein air
  • 12 city stades - aires sportives de proximité -
  • 16 équipements spécialisés

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article