Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

C'était hier : Jean-Paul Fouletier , médecin et haltérophile

fouletier«C’était un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ! » comme dit Aznavour dans la chanson " La bohême".

 

Bien au fond de la salle de musculation du gymnase Jean-Guimier  se trouve  un tableau oublié  où est inscrit le nom de Jean-Paul Fouletier. En dessous se trouvent  de petites cases vides , endroits ou devaient figurer les performances  de l'interessé.

 

Fouletier ?  Quelques jeunes fréquentant l'endroit ignorent tout du personnage, tout comme les archives municipales. Aucune trace de ce sportif.

Fouletier, Fouletier vous avez dit Fouletier....Retour sur le passé !

C'était l'époque  du noir et blanc à la télé, du sport passé sous la tutelle de l’Etat et du Général De Gaulle après les JO catastrophiques de Rome en 1960

Jean-Paul FOULETIER,1m75, 108 kg  soulevait des tonnes de fonte. Cet  haltérophile français né en  1939 à Douala (Cameroun)  de père français et de mère camerounaise fut dans les années 1960 appelé « l’homme le plus fort de France ».

La présence du tableau prouve que Jean-Paul a fréquenté l'endroit et  vecu une partie de sa carrière sur la commune. 

Sa vie d’ailleurs s’est articulée autour d’un axe Aix-en-Provence, Lyon, Vénissieux, Villeurbanne puis Paris.
Comme le patineur Alain Calmat qui est de la même génération que lui, il est  un exemple de réussite sociale.

Sélectionné en équipe de France pour les JO de Mexico et de Munich, il a été détenteur de nombreux records de France aux trois mouvements en cours  à l’époque.

Etudiant en médecine  à Lyon dans les années 60, il est rentré ensuite dans le service du Professeur Trillat (spécialiste mondial du genou, disparu depuis) à Lyon aux Hospices Civils de Lyon et notamment à l’Hôpital Edouard Herriot. Il deviendra ensuite  médecin sportif à l’Institut National du sport à Paris qui deviendra ensuite l’INSEP.
«  Pour concilier études et sport, j’étais organisé.  Il est vrai à mon époque c’était possible encore  possible. «  soulignait-il dans un célèbre documentaire diffusé à la télévision en 1967- Reportage : L’homme le plus fort de France d’Arlen Papazian pour l’émission « les Coulisses de l’exploit » - archives INA -

 

jean-paul-fouletier.jpgSi l’haltérophilie est reconnue comme étant une discipline sportive développant des qualités de résistance, un  des points forts de  Jean Paul Fouletier était  la détermination. Des valeurs partagés par une   génération d’athlètes dont  Pierre Fulla célèbre commentateur sportif télé rendu célèbre par Les Guignols de l’Info avec sa légendaire phrase « Ici….Nagano) ou bien Roger Levecq.

 

C'était un temps où la discipline n'avait pas encore subi les foudres du Ministère des Sports qui en 1998 lui rétira son agrément pour faits de dopage avérés.

 

Dans les « sixties » avec Jean-Paul, la France redécouvrait l'halterophilie.   Il fut le premier Français en poids lourds à totaliser 500 kg aux 3 mouvements. C’est le 16 décembre 1962 qu’il améliora ses premiers records de France chez les lourds avec 129 kg à l’arraché et 164 kg à l’épaulé-jeté (les anciens appartenaient à Jean Debuf avec 128,5 et 163 kg), Ses records sont 180 kg au développé, 157,5 kg à l’arraché, 195 kg à l’épaulé-jeté. Il participera aux JO de  Mexico en 1968 il sera non classé pour avoir manqué 190 kg à l’épaulé-jeté. A Munich en 1972 il terminera 14e avec 505 kg aux trois mouvements (arraché, développé et épaulé-jeté).  Finalement loin du podium ou régnaient les athlètes de l’Est. Un podium teinté du "soufre du dopage". Son opinion à l’époque sur le doping est sans équivoque. En tant que medecin, il n'ignorait pas les substances qui circulaient dans le milieu.  «  Certains athlètes soviétiques se dopaient. Ils refusaient de se soumettre aux contrôles post-compétitions. »  soulignait-il.

fouletier_2.jpgSes faits d'armes restent une médaille de bronze aux championnats d'Europe 1969 et une autre médaille de bronze aux championnats du monde de1970. 

 

Les anciens vénissians ont du  le croiser lui l'ancien athlète capable de courir le 80 m en 9 secondes et de sauter 1m70 au saut en hauteur. 

Entre la salle et le footing qu'il pratiquait il passait ainsi  de  4 à 6 heures d'entraînements par semaine . Le rythme s’accroîtra pour passer à  à 12h lors de son installation à Paris

Père de 5  enfants  et de quatre petits-enfants ( Un des ses enfants est  Igor Baloste, artiste plastique contemporain et musicien), il est médaillé de la ville de Lyon en 1963, distinction remise par le Maire de l’époque Louis Pradel.

 

Les dernières nouvelles que nous avons de Jean-Paul datent de 2009, il vivait toujours dans la région lyonnaise.

 

Photos : © INA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

caroline 29/08/2011 21:07


Il est frappé par la maladie de Parkinson depuis plusieurs années, mais lutte avec beaucoup de courage et de constance. Il vit toujours à Lyon.


caroline 29/08/2011 18:02


Bonjour, bel article, complet, qui contient cependant une erreur: Jean-Paul Fouletier est l'heureux père de cinq enfants, et non deux seulement. Il a aussi quatre petits-enfants.


Sports Vénissians 29/08/2011 19:57



Merci pour le renseignement. Que deviens-t-il ?