Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Le devoir de mémoire

garel.jpgCe mercredi, Michèle Picard au nom de la municipalité vénissiane a apposé au 27  de la rue de la République, une plaque commémorative pour le  70ème anniversaire de la rafle des juifs de la région Rhône-Alpes, du 26 août 1942, qui avait été rassemblés dans le camp régional de Vénissieux. Des baraquements situés dans l'Arsenal devenu depuis une zone franche urbaine. En présence de Serge Klasfeld, de représentants de diverses associations qui sont intervenues dans le camp, mais aussi de rescapés et d'enfants de rescapés, des élèves du collège Aragon ont rendu un vibrant hommage à toutes ses victimes de l'ignominie humaine.

En ces temps là,  de "chagrin et de pitié " comme relaté par Marcel Ophüls dans le film du même nom, où la servilité des autorités françaises  aux ordres de  l'envahisseur était la règle,  et où le silence d'une très grande majorité du peuple français était assourdissant,  quelques milliers d'hommes et femmes se sont dressés devant l'inéluctable. Beaucoup d'entre-eux  français et  étrangers sont restés anonymes. Certains ont péri dans les divers maquis qui ont couvert le territoire, fusillés au bord d'un chemin au nom de  l'Etat français, d'autres, une fois la libération venue, ont retrouvé leur vie antérieure. anonymes, ils étaient, anonymes, ils le sont restés.
Pour ces résistants  pour qui les mots liberté, égalité, fraternité avaient une valeur, il existe un devoir de mémoire que chacun a droit d'exercer ne serait-ce pour ne pas oublier et pour que cela ne se reproduise plus.


Comme le relate Pierre Stolze dans son ouvrage : " Georges, Simone et Salomon, histoire d'un réseau" aux éditions Lucien Souny, Georges Garel faisait partie de cette "armée de l'ombre."   Pierre Stolze  évoque le fait que le réseau que dirigeait  Georges Garel ait  sauvé 5000 enfants juifs entre 1942 et 44. Il   raconte aussi comment Salomon Jassy, rescapé de l’extermination grâce à ces hommes et femmes, a retrouvé Simone (sa mère)  avant de la faire nommer Juste devant les Nations à l’âge de 90 ans.

 

Qui était Georges Garel? 

 

Il y a 70 ans se sont déroulées les grandes rafles organisées par l'Etat français de Vichy.
Le 26 août 1942, de nombreux français de confession juive furent internés dans un camp régional implanté rue de la République à Vénissieux. Une action de résistance permettra à des associations de secours d'arriver à extraire et sauver 108 enfants d’une mort certaine.
L’action clandestine de l’Organisation de Secours aux Enfants (OSE) consacrée au sauvetage des enfants de la zone sud a été incarnée par le circuit Garel.
De son vrai nom Grigori Garfinkel dit "Gasquet", est né le 1er mars 1909 à Vilnius. Ce lituanien  est décédé en 1979.
En 1942, il se trouve à Lyon et travaille en tant qu’ingénieur électricien pour la Compagnie électro-mécanique (CEM).
Dans une pension où il prend ses repas, il rencontre l’Abbé Glasberg, Nina Gourfinkel, Raymond Winter, tous engagés dans des actions clandestines.
L'Abbé Glasberg représentant de l'Amité Chrétienne et Charles Lederman représentant de l’O.S.E. en zone sud l’introduisent dans le fort de Vénissieux transformé en camp pour y regrouper les 1 200 Juifs étrangers arrêtés le 26 août 1942 et destinés à être déportés.

Georges Garel est chargé de faire sortir les enfants de moins de 16 ans qu’il est encore possible de libérer.
Ce travail (criblage)  consiste surtout à arracher des enfants aux mères qui refusent de les leur confier. 
Sur le site internet " Anonymes, justes et persécutés durant la période nazie", Georges Garel décrit ainsi le climat à l’intérieur du camp de Vénissieux. " J’avais conscience du fait que le sort de ces gens serait vite réglé. Mais nous ne pouvions pas dire brutalement : vous, vous êtes condamnés à mort, permettez au moins à vos enfants de survivre. Cependant, avec la panne d’électricité, nous nous sommes trouvés dans l’impossibilité de repérer les baraques où restaient encore les enfants, les familles auxquelles il aurait fallu parler de nouveau. En plus, notre tâche était rendue difficile par le fait que constamment on venait nous interrompre (...) Voyant le temps qui passait, nous sommes devenus plus autoritaires Quelques familles se sont exécutées.. Lorsqu’une mère se cramponnait à son enfant, il fallait le lui arracher d’une manière aussi civilisée que possible... "
Il faut encore, pour multiplier les sauvetages, falsifier des papiers.
Au matin, 108 enfants ont pu être réunis pour être libérés provisoirement du Fort de Vénissieux. Les enfants sont provisoirement à l’abri, mais le préfet de Lyon, Angeli, obéissant aux instruction de Vichy souhaite les reprendre. Avec l’aide de l’Abbé Glasberg de  l’Amitié Chrétienne, du révérend père Chaillet, de Monseigneur Gerlier et de Georges Garel, les enfants seront placés pendant quelque temps par l’O.S.E. avant d’être cachés.

La plupart ne furent pas repris et échappèrent aux camps de la mort.
De cette nuit au fort de Vénissieux date l’engagement de Georges Garel dans l’action clandestine au service de la préservation des enfants traqués.


Sources :
*Pierre Stolze pour son livre "Georges, Simone et Salomon : histoire d'un réseau de résistance" - editions Lucien Souny
**Site internet : Anonymes, justes et persécutés durant la période nazie - http://www.ajpn.org/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascal Toublanc 04/09/2012 14:28

Bonjour

Suite au blog que j'ai publié sur le site de l'Ina sur ce tragique évènement, j'ai eu des commentaires me demandant des précisions sur le lieu d'internement à Vénissieux. C'est sur votre blog que
j'ai trouvé l'information la plus précise.
Je vous en remercie

Pascal Toublanc
Responsable documentaire
Délégation Ina Centre-est

Sports Vénissians 04/09/2012 15:21



Merci de votre commentaire qui nous fait plaisir

Mais tout le mérite revient au site de l'AJPN, super bien documenté et où nopus avons largement puisé les infos  : http://www.ajpn.org/.


 


Nous n'avons fait que notre devoir de mémoire et cela pour que les jeunes généations de Vénissieux
n'oublient pas. Ce qui est une tendance malheureuse au vu du peu de jeunes qui fréquentent les manifestations commératives.