Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Joseph-Désiré Job, le globe-trotter vénissian

job--joseph-desire-2002.jpgQui ne se rappelle pas de  Joseph Désiré Job et des ses onze buts marqués à Gerland avec le maillot de l’OL. C'était l'époque des Cavéglia, Maurice, l'époque de la montée en puissance du club olympien, l'époque de l'Intertoto, de l'UEFA. Bref avant les sept titres, une époque insouciante ou dans le centre de formation sous la conduite du "gourou" José Broissard, Job, Kanouté puis Giuly, Malbranque et tant d'autres étaient en salle d'attente. Joseph-Désiré  Job, cet attaquant de grande qualité  est un Vénissian né d’un papa et maman camerounaise  le 1 décembre 1977 à la Polyclinique des Minguettes.

Si Joseph-Désiré a grandi à Saint-Maurice-de-Beynost dans l'Ain, c’est aux Minguettes que son que son parcours footbalistique a commencé. C’est d’ailleurs à l’AS Minguettes  ou le « gone » lors de l’unique saison faite au club en 1992/93  que le  talent  du futur sélectionné camerounais a été détecté par un recruteur de l’Olympique Lyonnais . C’est chez le septuple champion de France que  Joseph Désire va entamer une logique  progression vers les sommets. De l’équipe junior en passant par la CFA, ce grand espoir du club au même titre que Frédéric Kanouté, participe activement aux débuts glorieux de l’OL. Terminant la saison 1998/99 à la troisième place de la Ligue 1 et avec un quart de finale de Coupe de l’UEFA, Joseph Désiré décide finalement de plier bagages. Exit la capitales des Gaules, bienvenue chez les Ch’tis. Le Lion Indomptable prend la P683714D438067G_px_501__w_monacomatin_.jpgdirection du RC Lens. C’est alors le début de la tournée mondiale de Job le globe-trotteur.. En 12 ans de carrière professionnelle, l’attaquant a connu pas moins de 11 clubs, excusez du peu. Après la France, l’avant-centre fuit en Angleterre, à Middlesbrough. Vainqueur de la Coupe de la Ligue, il évolue aux côtés de Mendieta, Zenden ou bien encore Juninho Paulista. Un aller et retour  par la Lorraine à Metz, retour à Middlesbrough. Mais les frontières européennes étant trop étroites pour lui, le Camerounais s’envole en Arabie Saoudite, à Al Ittihad. Douze petits mois et puis s’en va, Job revient dans l’Hexagone, à Sedan. Auteur de 12 réalisations en 32 rencontres, le joueur se refait la cerise et s’engage dans la foulée en faveur de Nice. Mais la belle histoire azuréenne tourne court et, un an plus tard, Le Camerounais débarque au club qatari d’Al-Kharitiyath, avant de découvrir la Turquie sous les couleurs de Diyarbakirspor.  Dans le même temps, que sa brillante carrière le conduit de par le monde, Job évolue au sein de l’équipe nationale du Cameroun.  Avec les Lions Indomptables il obtient 52 sélections, inscrit 8 buts et participe à la coupe du monde 98 en France et en 2002 au Japon. Avec Al Kharitiyath Sports Club, il termine  dernier du championnat  lors de la saison 2008-09.  En 2010, annoncé dans un premier temps du côté du Levski Sofia  , il ne signe finalement pas, n'ayant pas trouvé d'accord financier. AprèJOB_Joseph_20080126_GH_R.jpgs avoir connu la France, l’Angleterre, l’Arabie Saoudite, le Qatar et donc la Turquie, le joueur âgé  alors de 32 ans découvre  la Belgique et le Lierse SK, club belge de D2. Une expérience de courte durée  Le Vénissian de naissance est  invité à se chercher un nouveau club. Avec cinq apparitions en Jupiler League depuis le début de la saison, L’international  camerounais n'ont pas convaincu le staff lierrois.

Celui qui  avait été obligé de quitter Saint-Maurice-de-Beynost où il vivait avec sa mère et ses quatre autres frères, pour s'installer à Vénissieux chez sa tante. Celui qui avait illuminé le stade de Gerland en Coupe Intertoto fera-t-il une nouvelle apparition en France. Il ferait bien le bonheur de bien des clubs de L1 ou de L2 ? A 33 ans, Joseph Désiré fera-t-il trembler encore  les filets. Le talent demeure ! Puis quand  son idole s’appelle  Roger Milla, il serait bien triste que la carrière d'un des "Lions indomptable" se finisse dans l'anonymat.

 

Sources : Planète Foot, Libération, L’Equipe, Footmercato.net

Photos droits réservés : Monaco-Matin, Fédération de Football du Caméroun,www.sporting-heroes.net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article