Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Handball N1M : Rien ne va plus à Vénissieux Handball

Ce samedi soir à Gien, l'équipe de Nationale 1 est tombée dans ses errements de debut de saison encaissant un 33 à 19 qui ne laisse aucune ambiguïté sur la tâche qu'il reste à accomplir avant d'envisager la première victoire de la saison.  Face à une équipe  homogène, le comportement des Vénissians a fortement déplu et à leur président et à leur entraîneur.
Gilles Clauss président du VHB, qui ne se départit que rarement de son calme est courroucé :
«  L’équipe est dans l’œil de la tempête. Elle a été inexistante. Elle ne mérite rien.  Nos attaquants, je ne les ai pas vu. »
L'apprentissage de la Nationale 1 continue donc pour les "rouge et blanc" et les échecs répétitifs commencent à faire perdre aussi le calme à leur entraîneur Gérald de Haro. Joint sitôt le match terminé, ses propos sont sans doute à pondérer mais dénotent un certain ras le bol. Le coach vénissian ne mâche pas ses mots et  évoque même l’éventualité  de  son départ.
« L’équipe n’a eu aucune révolte. Heureusement que le ridicule ne tue plus. Je n’ai aucune explication sur cette déroute. Autant face à Belfort, on pouvait se dire que c’était un des favoris du championnat. Mais ce soir, il n’y aucune excuse.  C’est inadmissible. Mis à part  les gardiens qui ont fait leur job, tout le monde est à incriminer.  Les joueurs sur le banc étaient sans envie. Cette situation d’échec, je ne la supporte pas.  Je me fais beaucoup de soucis. Il y a des décisions sans doute à prendre. Je suis prêt à rappeler Dubarry qui serait prêt à nous rejoindre. Je vais tout essayer. Compter plus sur Forets et Gindre qui sont blessés et à court de compétition . Mais si les joueurs ne veulent pas adhérer à mes idées, j’arrêterais.  Je vais les rencontrer  tous cette semaine, soit ils changent de comportement, soit je m’en vais. Je ne vais pas mourir  avant l’heure sur le banc. J'ai des idées sur le handball et cette situation d'échec m'exaspère au plus haut point.»
Si nous pensons que ces propos tendent à provoquer le fameux choc psycholgiques sur des joueurs en plein doute, force est de constater que le match du 7 novembre face à Martigues aussi mal en point s'avere capital. Une nouvelle défaite et la saison pourraît prendre un virage trés inattendu.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article