Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

La République en danger

Lors de l’hommage à Samuel Paty, professeur de collège lâchement assassiné, l’Éducation nationale a recensé 400 incidents allant de la perturbation de cette minute de silence, en passant par l’apologie du terrorisme , voire des menaces envers le corps enseignant. Dans le détail, 52 % des cas ont été dénombrés dans des collèges, 27 % au sein des lycées et 21 % des cas dans des écoles. A titre de comparaison, en 2015 , après l'attentat contre « Charlie hebdo » , 200 incidents avaient été répertoriés.
« Une dizaine  donnera lieu à des sanctions pénales. » avait souligné le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer le  6 novembre au micro de  RTL. « La force a été du côté de la République, la minute de silence a été partout, et, chaque fois qu’elle a été violée, cela a été noté et il y aura une suite », avait-t-il ajouté,  sans pour autant privilégier l'exclusion des élèves.
Le ministre avait  fait référence au « milieu familial qui a été terrible » dans l'assassinat de Samuel Paty. « Il faut tirer les leçons et être attentif sur les mauvaises influences familiales qui s'exercent sur des élèves », avait-t-il  souligné.
 
Suite à ces déclarations me reviennent en mémoire les mots que Marie-Thèrese Persch présidente de la section vénissiane des Délégués départementaux de l’Éducation nationale nous avaient confiés sur le parvis de la mairie lors de la minute de silence organisée par la municipalité:
« On a  accepté au niveau national trop de compromis. Ceux-ci  mis bout à bout deviennent des acceptations  qui sont considérés comme des faits établis.  Pourquoi, sous  prétexte d’avoir la paix sociale, accepte-t-on. ?  Le résultat, c’est qu’au bout du compte, on n’a pas la paix sociale. Bien au contraire !Ces revendications deviennent  chaque fois plus importantes. L’école est  un lieu d’égalité. C’est là qu’on apprend à vivre ensemble;. C’est là où les enseignants forment  les enfants à l’esprit critique. On ne doit pas tout accepter. On doit donner aux enfants les outils de la culture, du discernement. Si l’école ne le fait pas, si l’école ne remplit pas sa mission, c’est la République qui est en danger. »
Des propos étayés par Thierry Renard l’un des fondateurs de l’Espace Pandora  :
«  La République est un peu fatiguée, attaquée, cela montre au moins une chose, c’est qu’il faut arrêter de penser que la culture, comme l’éducation, ce n’est pas un supplément d’âme. C’est  ce qui relie les gens les uns aux autres. »

On vit décidément une époque formidable !

A force de vouloir se prévenir des critiques et tenir compte de tous les avis, ne froisser aucun groupe ni aucune minorité et éviter tout commentaire négatif , plus personne n’ose bouger le petit doigt dans ce pays.

Reprenons-nous car la République est vraiment en danger

Reprenons-nous, la République est en danger.

Reprenons-nous, la République est en danger.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article