Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Faits de résistance à Vénissieux en 1943


Alors que les derniers résistants au nazisme atteignent des âges respectables, il est essentiel de rappeler que Vénissieux fut l’une des places fortes de la lutte contre l’occupant allemand. Ne l’oublions jamais !
Eh oui, n’en déplaise à certains qui font fi de l’histoire, c’est grâce au sacrifice de ces femmes et hommes que le pays et la ville ne vivent pas sous le joug de la dictature nazie. 


Nous allons rappeler tout au long de cette fin d’année des faits de résistance passés sous silence car à cette époque la censure sévissait. 


Nous vous présentons aujourd’hui quelques faits de résistance de l’année 1943 qui ont eu lieu sur la commune.

Il est à noter que toutes les sources disponibles – celles issues de la résistance, comme les sources allemandes, les sources alliées et les sources policières – attestent que la pratique du sabotage s’est imposée de façon massive au cours de l’Occupation. Toutes mettent en évidence le saut quantitatif qui intervient à partir de l’été 1943, dans tous les domaines (voies ferrées ou navigables, sites industriels, installations électriques, machines agricoles).

C'est ainsi qu'à
 la SOMUA (Société d’outillage mécanique et d’usinage d’artillerie installée sur l’actuel parc-club du Moulin à Vent) le 27 mars 1943, deux fortes explosions se produisent vers 22h dans un baraquement contenant un de transformateur. Celles-ci détruiront une dynamo et occasionneront de forts dégâts au transformateur. 

Le 17 juillet 1943 à 7h30, une bombe détruit un groupe de transformateurs de l’usine
.
La SOMUA fabriquait alors des avions pour l’armée allemande. Elle  deviendra par la suite la SNAV : Société nouvelle des ateliers de Vénissieux.



À la gare de triage, le 28 juin vers une heure du matin, des résistants mettent le feu à un wagon-citerne destiné aux troupes allemandes. L’incendie se propage et détruit treize wagons de la rame.


Le lundi 1e novembre 1943 vers 20h30, cinq locomotives sont détruites au dépôt machines de la SNCF de Vénissieux.

À la Sigma (Société industrielle générale de mécanique appliquée) installée le long du boulevard Joliot-Curie) qui construisait des moteurs d’avions, le 27 décembre 1943, une cinquantaine de jeunes gens effectuent une action de sabotage. 
Armés de mitraillettes, ils s’introduisent à 3h du matin dans l’usine vénissiane. Après avoir ligotés et désarmés les gardiens, ils font  sauter quatre transformateurs, trois qui impactera la production de l’usine.
 

À partir de l'été 1943, les sabotages de la resistance aux allemands feront le quotidien des Vénissians - Photo: DR

À partir de l'été 1943, les sabotages de la resistance aux allemands feront le quotidien des Vénissians - Photo: DR

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article