Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Serge Chiesa, le petit Mozart de Gerland


J’ai toujours aimé le football, une discipline que j’ai pratiqué au niveau amateur. Je suis arrivé sur Lyon en 1963 dans les bagages de mes parents émigrés du sud de l’Espagne.
Mon père était un vrai supporter du Séville CF. Il a mis du temps à s’intéresser au foot local, mais dans les années 1966, lorsque la situation financière de la famille s’est améliorée, il avait pris un abonnement au stade de Gerland et son club résident l’Olympique Lyonnais.
À l’époque ce stade, n’avait pas configuration actuelle, c’était un superbe stade de 35 000 places avec une piste cyclable.
Au fil des rencontres, mon frère cadet et moi-même l’accompagnions. C’est ainsi que j’ai appris à aimer ce club.

J’ai connu la rénovation du stade en 1969 lorsque les tribunes Jean Jaurès et Jean Bouin ont été couvertes et de grands virages sud et nord sont apparus. 

Quant aux footballeurs, qui sont passés dans ce qui est devenu « mon » club de cœur, certains m’ont séduit comme Fleury Di Nallo, Bernard Lacombe, Nestor Combin, Angel Rambert…
 puis plus tard Caveglia, Anderson, Juninho, Edmilson. Je n’oublie pas Serge Chiesa qui est pour moi et de loin, le meilleur joueur qui a foulé la pelouse de Gerland tout juste derrière, le « Dieu Juninho »

De 1969 à 1983, il a illuminé mes après-midis dominicales et oui, je jouais le matin et l’après-midi à 15 heures, j‘allais voir l’OL.


Serge Chiesa surnommé « le petit Mozart" était un joueur qui respirait le football.  Il n’est pas de la génération Platini, mais celle juste avant que l’ASSE, ne décomplexe le football français.
Comme le triple ballon lorrain, Serge Chiesa,, balle au pied évoluait au niveau des stars sans en être une car fuyant la renommée.

L’OL à son époque n’avait à son palmarès qu’une Coupe de France, la seconde viendra sous l’ère Aimé Mignot en 1973 avec notamment le trio infernal qu’il formait avec Fleury Di Nallo et Bernard Lacombe
« Pour moi, il reste le plus grand joueur avec qui j’ai joué. Serge mettait toujours la balle où il fallait. Il sentait le jeu comme personne » confiait admiratif Bernard Lacombe à OL TV. 

Passeur certes mais également buteur avec de 134 buts en 539 matchs officiels toutes compétitions confondues

Serge Chiesa portera les couleurs de l’équipe de France. Il sera sélectionné 12 fois et marquera 3 buts. Sa première sélection eut lieu le 10 septembre 1969 contre la Norvège (3-1) et sa dernière le 27 avril 1974 contre la Tchécoslovaquie (3-3).
Celui qui est né en 1950 (Tiens, tiens comme l'OL) à Casablanca au Maroc, était un joueur à part : discret, indifférent aux honneurs et à la gloire.
Pour lui ce qui importait c’était son club et avant tout sa famille. Il fut courtisé par de grands clubs. Le PSG essaya de l’enrôler en 1977 sans y parvenir. Il quitta l’OL en 1983, année de la descente en D2 du club lyonnais. Il fit deux piges, l’une à l’US Orléans et l’autre à l’AS Montferrand son club formateur. Il raccrocha les crampons à 32 ans. Il ouvrit alors à Riom, sous les conseils d’Alain Moizan, un tabac-presse qui est désormais tenu par une de ses filles. 
De temps en temps, Serge fait des apparitions au Groupama-Stadium, tout en continuant à fuir la lumière.

DE gauche à droite Serge Chiesa, Bernard Lacombe, Nicolas Houël(OL TV) et Fleury Di Nallo - Photo : © Nicolas Houël

DE gauche à droite Serge Chiesa, Bernard Lacombe, Nicolas Houël(OL TV) et Fleury Di Nallo - Photo : © Nicolas Houël

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article