Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Pélérinage au Nou Camp

Aller au Nou Camp, c'est un peu comme un pèlerinage. Comme d'autres vont à Lourdes, le rêve de mon fils était de suivre une rencontre du champion d'Europe en titre 2015. 
Ce fut le  samedi 12 mars 2016 contre Getafe. Les deniers de la bourse étant ce qu'ils sont, pas de Madrid, où de Séville car trop chers pour un salarié comme moi.
Comme les 87 000 spectateurs présents ce jour-là, nous avons pris les transports en commun. Nous voilà partis de la célèbre Diagonal via la ligne 5 du métro direction la station Collblanc.
Dès la sortie, on s'imprègne du Barça car tout à proximité du stade, tout est bleu et rouge. Le public est familial par excellence et international (beaucoup de Français). Le Barça est plus qu'un clun (Mes que un club)
Tout le monde attend patiemment dans un ordre tout méditerranéen, mais avec une bonhomie que certains supporters des stades hexagonaux devraient apprendre.
Ici à Barcelone, aucun signe d’animosité, on vient au spectacle dans un Nou Camp qui vu du dehors n'affiche pas la majesté qu’il impose au dedans. Et oui le terrain de jeu est situé un étage en dessous du niveau des trottoirs environnants.
Comme certains vont à l'Opéra, on vient se prosterner devant "Dieu Messi"et ses deux apôtres Neymar et Suarez, ce dernier était ce samedi sur le banc.
Au Nou Camp, d'ailleurs l'ambiance n'a rien de comparable avec celle par exemple du Parc OL.
Point de Kop ou si peu, comme diraient les connaisseurs, l'essentiel est sur la pelouse.
Après l'hymne officiel, chanté par un public acquis à la cause, les solistes nous ont régalés.
Buts de Neymar (x2), Messi, et Ardan Turan… Passes au cordeau du génial argentin, penalty raté par l'homme aux cinq ballons d'or. Poteaux fracassés ! Multiples occasions de buts. Bref un florilège de beau football devant une opposition bien légère, d'ailleurs lors de cette rencontre le Barça aurait pu doubler la mise. Ce fut un 6 à 0 sans fioritures. Joies à la sortie, pop-corn, churros et un long cheminement vers leurs maisons ou hôtels, bref de quoi raconter. On y reviendra  dès que le covid-19 laissera en paix , une France et un Catalogne bien meurtries!

 

Mes que un club !
Mes que un club !

Mes que un club !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article