Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

Le tacot de Parilly


Mis à part quelques centenaires ou nonagénaires, qui se souvient encore à Vénissieux du « tacot » qui reliait Saint Marcellin (Drôme) à Lyon-Montplaisir et vice-versa et qui faisait une halte à Parilly.

Le tacot est le nom familier donné au train départemental qui desservaient ces deux villes.  C’est à la fin du 19e siècle que cette ligne fut construite entre la Côte-Saint-André et Saint-Jean-de-Bournay.
C’est le 23 décembre 1909 que fut inauguré la totalité de 117 km de la ligne à écartement métrique que ce train mettait 13 heures à parcourir.
A noter que le tacot reliait Lyon à Saint-Priest en 32 minutes.   
Ce train desservait aussi les villes de Saint-Pierre-de-Chandieu, Toussieu, Heyrieux, Diemoz…

Au début, le réseau était équipé de locomotives à vapeur Pinguély et de voitures et fourgons à boogies et autres à essieux. Des autorails Berliet et Crochat les remplaceront à partir de 1922.
Les rails étaient posés sur le côté de la chaussée. Le tacot traversait le quartier de Parilly au travers de l’actuelle avenue Charles De Gaulle (ex-route d’Heyrieux).  
Contrairement aux autres arrêts de la ligne, il n’y avait pas de gare à Parilly, le train s’arrêtait à la demande des voyageurs. Le terminus du tacot à Lyon était place du Général André à Montplaisir.
Cette ligne connu son apogée lorsque les usines Berliet s’installèrent sur la commune en 1914. 
La fréquence fut améliorée surtout aux heures d’entrée et de sortie des ouvriers.

« Les anciens l’appelaient aussi « buffalo » à cause de sa couleur noire. Les enfants le prenaient pour aller à l’école de Montplaisir-La-Plaine. Vous connaissez les gosses, certains montaient sur les tampons à la grande exaspération des conducteurs » m’avait expliqué Maria une des résidentes du quartier, malheureusement décédée depuis.
Une autre dénomination de ce train fut « train des obus » que celle-ci transportait à partir des usines Berliet.
La ligne fut électrifiée en 1922 du moins entre Lyon et Saint-Priest et reçu le n°34 par la compagnie OTL ancêtre du Sytral. Minée par une gestion économique à l’excès, avec l’achat d’autorails dès 1922, et une absence d’investissements lourds, la situation financière du réseau se dégrade et Voies Ferrées du Dauphiné qui la gérait, supprima cette ligne en 1935 et fit remplacé le tacot par des autobus.
Celui-ci roula  cependant jusqu’à en février 1937 sous l’égide des VFD, le désormais autocariste bien connu.

 

Sources :
lyon-montplaisir.free.fr

Le tacot au debut du 20e siècle quelque part sur la logne - Photo DR
Le tacot au debut du 20e siècle quelque part sur la logne - Photo DR
Le tacot au debut du 20e siècle quelque part sur la logne - Photo DR

Le tacot au debut du 20e siècle quelque part sur la logne - Photo DR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article