Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

La mort subite d’un sportif

S'il y a bien un évènement qui m’a profondément marqué, c'est la mort le 31 mai 2009 de Maxime Candau au gymnase Jacques Anquetil. Ce jeune international français, véritable espoir du handball est décédé devant mes yeux lors d'un tournoi qui opposait des joueurs français et allemands.

Le sport de haut niveau a ses exigences et aussi parfois ses drames. J’avais assisté en « direct » au malaise de Marc Vivien Foé survenu au stade de Gerland, le 26 juin 2003.
En 2007, j’avais été mis ko debout par les images du décès de l’international espagnol et sévillan, Antonio Puerta.
Le souvenir d’Omar Sahnoun était toujours présent dans ma mémoire.
Ce samedi-là, j’étais bien loin de me douter que ce mal insidieux allait avoir pour cadre une manifestation que je couvrais.

Vers 17 heures dans un gymnase vénissian, la chute d’un jeune joueur a mis en branle dans ma tête,  les résurgences du passé.
En pleine fête du tournoi « 4 moteurs pour l’Europe » masculin moins de 18 ans de handball, le drame s’invitait.
Cette manifestation qui réunissait l’élite de la catégorie avec notamment la présence de l’équipe de France « jeunes » et une sélection régionale allemande, avait bien débuté.
Les rencontres entre Bade-Württenberg (Allemagne), Franche-Comté, Bourgogne, Rhône Alpes et l’équipe de France jeunes étaient très disputées tout cela dans un très bon esprit.
À 16 h 30, après la défaite de l’équipe de Rhône-Alpes face Bade-Württenberg, l’opposition entre la Franche-Comté et l’équipe nationale allait tenir les deux cents spectateurs en haleine.
L’équipe de France était menée. On jouait la 12e minute de la seconde mi-temps.
Le demi-centre de l’équipe de France venait de réduire l’écart. À son retour en défense, il fut pris d’un malaise. La rencontre continua et alla à son terme avec la victoire de l’équipe de France 23 à 20.
Côté joueur, cela n’allait pas fort. Après une première assistance par un secouriste sur place, le SAMU, les pompiers appelés sur place prirent le relais. Dans un gymnase Jacques Anquetil vidé enfin de son public, de longs soins furent prodigués. Sous les coups de 18 h 15, le jeune sélectionné français était évacué par les instances sanitaires vers les urgences proches. Son état de santé était alors jugé préoccupant.
Le coup de massue fut énorme pour joueurs, bénévoles.
Plus tard dans la soirée les organisateurs du tournoi annulèrent sine die la manifestation.
Une cellule psychologique fut mise en place.
Le choc s'avéra important notamment dans de nombreuses délégations présentes dans le gymnase au moment des faits.
L'épilogue de ce drame eut lieu le 1er juin 2009 lorsque nous apprîmes le décès de Maxence.
Les quelque deux cents spectateurs présents, ce samedi au gymnase Jacques Anquetil s'étaient immédiatement rendu compte de la gravité du malaise du jeune demi-centre de l'équipe de France de handball engagée dans le "Tournoi 4 moteurs" préparatif aux échéances européennes de l'été.
Secouru un premier temps sur les lieux ; Maxime Candau le jeune homme âgé de 16 ans et résidant à Saint-Raphaël avait été pris en charge ensuite par le SAMU et les pompiers. Durant près d'une heure, des massages cardiaques lui furent prodigués. Malheureusement, ce jeune est décédé peu de temps après son transfert à l'hôpital neuro-cardiologique de Lyon. Le choc fut rude. Gilles Clauss, le président de Vénissieux Handball présent à la table de marque lors du match était effondré, tout comme tous les bénévoles présents sur les lieux.
J’étais présent moi aussi à cette table de marque et ce moment douloureux me hante encore, surtout  lorsque je me rends au gymnase Jacques Anquetil.

Maxime Candau, je ne t'oublierais jamais - Photo : DR

Maxime Candau, je ne t'oublierais jamais - Photo : DR

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article