Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sports Vénissians

Sports Vénissians

Toute l'actualité du sport et des sportifs de Vénissieux

Sport, handicap et familles, un trio bienvenu à Vénissieux

Ce samedi au gymnase Elsa Triolet a eu lieu le premier forum « Sport, handicap et familles » organisé par le Centre de recherche et de l’éducation par le  sport (CRESS) en partenariat avec la municipalité et l’office municipal du sport.

Un événement qui a réuni le matin une trentaine de professionnels venant de divers univers. Les échanges ont été riches quant à cette problématique chère au cœur de la municipalité vénissiane. Les propos de Michèle Picard lors de son discours ont été assez éloquents à ce sujet. Une manifestation qui a cependant pâti l’après-midi de l’absence des familles.

Nous avons rencontré Ghislaine Barbin qui en tant que présidente du Sen No Sen Karaté a participé à ce forum et qui nous explique les démarches faites par son club pour l’accueil de ce genre de public

Est-ce que le Sen No Sen reçoit un public handicapé ?
Oui

Est-ce que cela vous pose des problèmes au niveau de l’accueil ?
Pas du tout. C’est que j’ai dit ce matin au cours de la matinée de travail. Nous avons toujours accepté toute demande de la part des familles qui sont venues frapper à notre porte. Nous avons toujours fait en sorte de pouvoir bien les accueillir et de pouvoir nous adapter à tout type de handicap que cela psychique ou moteur. Les familles qui viennent nous voir  sont partantes et chez nous cela commence toujours par une discussion pour savoir quelles sont leurs attentes. Leur seule question est la suivante : Est-ce que mon gamin va être accepté chez vous ? Notre réponse a toujours été positive. Nous avons reçu du public venant de l’IME. Des gamins à qui nous avons fait passer des ceintures noires alors qu’ils avaient un handicap psychique. Nous avons même amené un autiste au championnat de France.


En tant que bénévoles avez-vous été formés à l’accueil de handicapés ?
Non, on s’est adapté. On s’est formé sur le tas en bonne intelligence. Mais nous avons des animateurs qui ont des diplômes nationaux et qui en matière d’enseignement ont du recul. Dans de nombreux clubs de France et de Navarre, on accueille les handicapés. Sur le plan compétition c’est en train de se développer. Je crois que l’arrivée des JO 2024 en France va nous aider sur ce plan. Quand nous accueillons ces personnes, ce n’est pas dans l’objectif de faire de la compétition. Nous nous sommes toujours adaptés. Pour un gamin qui est malentendant, ce n’est pas très compliqué il suffit de sensibiliser l’enseignant et de lui dire quand tu donnes les consignes tu te mets en face de la personne. Elle lit sur tes lèvres.

Quel genre de handicapés pouvez-vous accueillir au club ?
Malentendant, psychique, autiste, moteur. Nous ‘n'avons jamais refusé personne. À ce jour par contre nous n’avons jamais accueilli une personne qui est en fauteuil.

Est-ce que cela vous est arrivé de recevoir une personne avec un handicap très lourd et que vous ne pouvez pas licencié car très compliqué ?
Non pas du tout.

En tant qu’individu , comment avez-vous été sensibilisé à ce problème ?
Cela s’est fait naturellement. Au Sen No Sen, j’en ai toujours vu. C’est un état de fait. Au karaté on trouve toujours plus fort que soi et tu es toujours surpris de ce que tu peux apprendre de l’autre . Je suis admirative d’un Madjid Nekoul licencié chez nous. Lorsqu’il préparait son 4e dan alors que je préparais mon 3e, il m’expliquait ses difficultés et je voyais l’intelligence avec laquelle il avait adapté son karaté. Le karaté est un art martial. À un moment donné lorsqu’on évolue dans sa pratique et qu’on prend de l’âge, il y a des techniques que l’on ne peut plus faire. C’est à toi de t'adapter à ce que tu peux faire et ne pas faire. Il y a une philosophie des arts martiaux. Ils ont été créés par des personnes qui se sont posées  les bonnes questions :  J’ai mal à la hanche, je vais travailler différemment! C’est ce que nous essayons d’appliquer avec des handicapés.

La formation à l'accueil du public handicapé dans les clubs sportifs reste à faire - Photo : DY

La formation à l'accueil du public handicapé dans les clubs sportifs reste à faire - Photo : DY

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article