Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Actu-Vénissieux / Sports Vénissians

Toute l'actualité de la vie sociale, économique, politique, sportive et culturelle de Vénissieux

L’Eldorado de Jacques

Le 12 août 2005, j’avais rencontré à son domicile vénissian, Jacques Brest, originaire de Savoie. Il était alors âgé de 72 ans.

Jacques vit sa passion et se veut pédagogue pour la faire partager. Son appartement est d’ailleurs un musée dédié à ses deux passions : « Il y a vingt ans des collègues m’ont entraînée vers l’orpaillage, depuis je passe une grosse partie de ma vie à la recherche de la pépite d’or. Je suis devenu président de la Fédération locale Rhon’or qui fait partie de la fédération française d’orpaillage et recherche (FFOR)»

Au sein de l’Association, Jacques organise des sorties d’orpaillage « sauvage ». Leur lieu de recherche se situe en Savoie et Haute-Savoie dans des rivières comme le Chéran ou le Fier. « Ce sont les rivières les plus aurifères du coin… Il faut savoir remuer des tonnes de sable pour ne trouver qu’une infime quantité. L’ordinaire c’est une dizaine de paillettes par journée de travail. Ce n’est jamais décourageant car on garde l’espoir de la prise unique. Mon record est une pépite de 20 g. J’ai eu de la chance de voir un gars en Guyane en prendre une de 320 g » Les Cévennes dans le Gardon près d’Anduze et Saint Girons dans les Pyrénées demeurent les endroits les plus aurifères de France. L’Eldorado européen reste l’Italie « à cause des Alpes et de ses dépôts glaciaires »
Depuis de nombreuses années, l’or fait voyager Jacques.
De la Californie en passant par La Laponie, Bolivie, Pérou, Brésil, Australie, les contrées visitées s’affichent sur les murs de son appartement “musée”.
« Il faut savoir gérer son budget. On voyage un peu les mains dans les poches. Lors de mon voyage en Amérique du Sud, j’ai perdu 5 kg. Je suis amoureux de la Guyane. Toutes les années je vais y passer deux mois. J’y recherche également de l’or. Les gens s’imaginent que c’est l’Eldorado. C’est faux. De l’or existe en Guyane, mais si vous n’avez pas de concession, un bulldozer et des capitaux, c’est difficile d’en trouver »
Jacques a travaillé en Guyane dans une concession : « À l’époque on faisait 2 à 3 kg par jour. La panoplie de l'orpailleur se compose essentiellement d'une batée (C'est une sorte de chapeau chinois en tôle ou en plastique), d'un tamis, d'une pelle, d'un seau, du nécessaire pour stocker les paillettes « chacun se sert des outils qui lui conviennent le mieux. Pour moi c’est la batée italienne en plastique qui est la plus pratique »
Les recherches se font surtout dans les bras de rivières là où s’accumulent des pierres assez grosses.
« Nous recherchons ces dépôts. Surtout lorsque les rochers sont fissurés. On ne compte pas son temps. C’est assez fatigant. Cela casse les reins. Il ne faut pas avoir peur de s’asseoir dans l’eau. L’or que je possède, ce n’est pas celui qu’utilisent les bijoutiers. Pour moi l’orpaillage n’est pas un négoce »
D’ailleurs, sa passion il veut la faire partager au travers de son association.
« On fait de l’initiation pour les enfants… On a fait un stage d’initiation de trois jours en juillet au camp de vacances de la ville de Vénissieux au Noyer (Savoie) ».

Jacques Brest a quitté ce monde au cours de l’été 2019. Nous avons une pensée pour ce passionné.

Jacques Brest un passionné de l'orpaillage qui nous a quitté lors de l'été 2019
Jacques Brest un passionné de l'orpaillage qui nous a quitté lors de l'été 2019

Jacques Brest un passionné de l'orpaillage qui nous a quitté lors de l'été 2019

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article